Geoffroy Didier et Lydia Guirous : « Ceux qui respectent les lois et ceux qui ne respectent pas les lois ne peuvent pas être traités de la même manière »

Publié le 01/10/2018

Lors du point-presse de ce lundi, Lydia Guirous et Geoffroy Didier ont félicité Jean-Luc Poudroux pour son élection lors de la législative partielle de ce week-end à La Réunion. Une nouvelle victoire pour les Républicains qui confirme le désaveu dans les territoires de la politique menée par Emmanuel Macron et la majorité parlementaire.

Le Secrétaire général délégué à la communication et la porte-parole des Républicains ont également condamné la photo « invraisemblable » d'Emmanuel Macron posant avec deux jeunes, l'un ancien détenu et l'autre effectuant un doigt d'honneur. Une séquence « humiliante » pour l'image de la France.

La famille des Républicains compte un nouveau député avec l'élection, ce dimanche, de Jean-Luc Poudroux qui, avec 59,44% des suffrages au second tour, a remporté l'élection législative partielle de la 7ème circonscription de La Réunion. L'ancien maire de Saint-Leu et ancien président du conseil général de La Réunion succède à Thierry Robert, député du MoDem et de la majorité parlementaire qui a été démis de son mandat le 6 juillet dernier par le Conseil constitutionnel pour manquement à ses obligations fiscales. « Avec cette nouvelle élection législative partielle gagnée, cela témoigne d- la dynamique que Laurent Wauquiez impulse dans notre famille politique et souligne également combien le travail des Républicains dans les territoires porte. Et cela démontre surtout le désaveu supplémentaire de la politique de La République en Marche et celle qui est menée par Emanuel Macron », remarque Lydia Guirous, porte-parole des Républicains qui animait, ce lundi midi, le point-presse hebdomadaire en compagnie de Geoffroy Didier, Secrétaire général délégué chargé de la Communication.

Tous deux ont condamné la photo « invraisemblable » d'Emmanuel Macron lors de son voyage aux Antilles posant avec deux jeunes, l'un ancien détenu et l'autre effectuant un doigt d'honneur. « C'est un abaissement assez incroyable de la fonction présidentielle. Mais comment s'étonner, lorsqu'Emmanuel Macron manque de respect aux Français, que des citoyens se permettent ce type de gestes et de comportements avec le président de la République ?», ajuste Lydia Guirous. Pour elle cette séquence est « assez humiliante » pour l'image de la France. « La proximité que veut raconter Emmanuel Macron ne tient pas », estime Lydia Guirous notant que « lorsque Jupiter descend de l'Olympe c'est pour jouer au cow-boy ».

« Ce déplacement d'Emmanuel Macron démontre qu'il est obsédé par sa communication, par son ego, son image. Il est en train de devenir un acteur de cinéma qui joue manifestement un très mauvais rôle », abonde Geoffroy Didier évoquant cette photo du président de la République avec un braqueur et un jeune qui fait un doigt d'honneur. « Mais un doigt d'honneur à qui », interroge-t-il. « Aux Français ? Aux lois de la République ? À ce qu'est censé incarner le président, c'est-à-dire la légitimité populaire, le respect des lois, l'équilibre des droits et des devoirs ? Quel exemple envoie-t-on à la jeunesse de notre pays », s'alarme le Secrétaire général délégué des Républicains, particulièrement préoccupé, au-delà de la photo, par le message envoyé par le président de la République : « un message désastreux, irrespectueux pour les Antillais, pour l'ensemble des Français, pour l'image et la fonction présidentielle qu'il est censé incarner. Quand vous ne respectez pas les lois vous pouvez être mis à l'honneur par le président Macron. C'est le message qu'il envoie. Et c'est cela que nous dénonçons », pointe Geoffroy Didier qui en profite pour souligner que le message des Républicains est tout à l'inverse. « Ceux qui respectent les lois et ceux qui ne respectent pas les lois ne peuvent pas être traités de la même manière. Nous défendons l'équilibre des droits et des devoirs, la priorité donnée à tous ces Français, honnêtes, qui se lèvent le matin, qui travaillent, qui respectent les lois et les valeurs de la République. Comment voulez-vous réconcilier les Français avec l'action publique, redonner confiance dans la parole publique et les hommes publics quand vous avez un président de la République qui s'affiche fièrement avec un braqueur et qui vous explique qu'il n'y a aucun problème à cela », fustige Geoffroy Didier.

Et à quelques jours du soixantième anniversaire de la constitution de la Vème République, le Secrétaire général délégué des Républicains note que de « tous les présidents de la République qui sont passés avant, jamais aucun ne s'est comporté ainsi. Lorsqu'on voit qu'Emmanuel Macron se prétend du gaullisme, on se dit qu'il y a un profond décalage entre ce qu'il prétend incarner et la réalité des faits », remarque Geoffroy Didier pour qui le fait politique « inquiétant » du week-end est que « malgré l'absence de croissance économique et de diminution du chômage, malgré l'augmentation des dépenses publiques et de la dette publique, malgré le matraquage fiscal, Emmanuel Macron s'entête : il ne changera pas de politique ».

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

« Carlos Ghosn doit être jugé en France » : l'appel de Christian Jacob et d'une trentaine d'élus

« Carlos Ghosn doit être jugé en France » : l'appel de Christian Jacob et d'une trentaine d'élus

Published on 18/11/2019

Le président des Républicains Christian Jacob, celui de l'UDI Jean-Christophe Lagarde et u

Laurence Sailliet : « Il faut réarmer la France au niveau sécuritaire avec une politique pénale plus adaptée »

Laurence Sailliet : « Il faut réarmer la France au niveau sécuritaire avec une politique pénale plus adaptée »

Published on 08/10/2018

« Le remaniement ministériel annoncé ne doit pas être uniquement un jeu de chaises musicales ou un casting de façade