Nadine Morano : « Retrouvons l'esprit de compagnonnage »

Publié le 11/06/2019

Ce mardi, Nadine Morano, députée européenne, était l'invitée de Christophe Jakubyszyn dans La Matinale de LCI. L'occasion d'échanger sur l'élection à la présidence des Républicains mais aussi d'évoquer l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui sera lancé ce mercredi après-midi par le discours de politique générale du Premier ministre, Edouard Philippe.

« C'est absurde ! » C'est ainsi que Nadine Morano qualifie l'idée de parlementaires de la République en Marche qui souhaitent interdire la publicité pour les voitures au nom de l'écologie. La députée européenne se demande « si on ne devrait pas plutôt arrêter la publicité pour les parlementaires qui rêvent d'exister ». Soulignant qu'« il y a une prise de conscience de nos concitoyens » pour les sujets environnementaux, elle considère que « ce n'est pas en interdisant la publicité que l'on va changer les habitudes des consommateurs. C'est faire de la com' pour agir sur la com'. »

Interrogée sur le départ de Valérie Pécresse et la tribune de 72 maires appelant à soutenir Emmanuel Macron, Nadine Morano croit que « quand on traverse des difficultés, il ne faut pas sauter seul sur un radeau mais rester tous ensemble pour avoir un capitaine ». Elle se dit également « très déçue du comportement de Valérie Pécresse parce que vous ne pouvez rien construire en étant seul comme elle l'est. Ce qu'elle dit, ce sont des mots. J'attends d'elle des actes. Et ces actes, elle aurait pu les faire au sein de notre famille politique. Taper sur sa famille politique sur les plateaux de télévision sert uniquement nos adversaires ».

La députée européenne appelle les Républicains à « se remettre en cause » car notre famille politique dispose « d'un espace politique extraordinaire entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen » et que « nous avons la responsabilité de ne pas laisser faire ce duo ».

Et pour reconstruire la droite, Nadine Morano souligne que « nous avons besoin d'une méthode, d'un projet qui soit le fruit de conventions thématiques ». Mais, au-delà du projet, la députée européenne considère que nous avons surtout « besoin d'être unis. Ce que je veux, c'est que nous retrouvions l'esprit de compagnonnage ».

Interrogée sur le futur président des Républicains, Nadine Morano considère qu'« aucune candidature n'est interdite ». Et pour la députée européenne, Christian Jacob serait un bon choix : il est « solide et a une forte capacité de rassemblement ».

Quant à l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui devrait être lancé avec le discours de politique générale du Premier ministre ce mercredi après-midi devant l'Assemblée nationale, Nadine Morano souligne le déni dont font preuve le président de la République et son gouvernement après les élections européennes. « Emmanuel Macron arrive derrière le Rassemblement national et n'en tire pas les conséquences : il n'y a aucun remaniement, aucun changement de cap dans la politique ». La députée européenne n'attend pas de ce discours de grandes annonces, ni d'impact réel sur la vie quotidienne des Français.

Interrogée enfin sur le volet migratoire de l'intervention d'Edouard Philippe, et notamment sur le rapport présenté par des députés de la République en Marche sur les aides au retour, Nadine Morano se dit « contre les aides au retour pour les immigrés clandestins parce que ça constitue une prime ». La députée européenne plaide au contraire pour « une politique migratoire forte avec des aides au développement conditionnées au retour des immigrés illégaux. »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

19e Rendez-vous des idées sur la notion de liberté autour de la philosophe Monique Canto-Sperber

19e Rendez-vous des idées sur la notion de liberté autour de la philosophe Monique Canto-Sperber

Published on 21/06/2019

Mercredi 19 juin, Guillaume Larrivé a convié la philosophe Monique Canto-Sperber pour le 1

Bruno Retailleau : « Soyons nous-mêmes, parlons d'autorité, de liberté et d'identité »

Bruno Retailleau : « Soyons nous-mêmes, parlons d'autorité, de liberté et d'identité »

Published on 20/06/2019

Bruno Retailleau, président du groupe les Républicains au Sénat et sénateur de Vendée, éta

Jean Leonetti : « Les Républicains sont un grand parti »

Jean Leonetti : « Les Républicains sont un grand parti »

Published on 20/06/2019

Jean Leonetti, président par intérim des Républicains et maire d'Antibes, était ce jeudi m