Nadine Morano : « Les chemins de traverse sont désolants. Nous devons reconstruire tous ensemble »

Publié le 11/06/2019

Ce dimanche 9 juin, Nadine Morano, députée européenne, était l'invitée du Grand Rendez-Vous Europe 1-CNEWS-Les Echos pour évoquer le futur de notre famille mais aussi la politique menée par le gouvernement. 

Pour Nadine Morano, la tribune signée par 72 maires dans le JDD appelant à travailler avec Emmanuel Macron, « c'est une désertion ». Mais une désertion qui « reste faible au regard du nombre d'élus locaux dont la droite dispose » et au regard du tapage médiatique dont cette tribune a fait l'objet. Interrogée sur le profil des maires signataires, la députée européenne considère que « c'est du recyclé. Ces maires étaient déjà en retrait depuis un certain temps et s'étaient désengagés du parti ». Nadine Morano en profite d'ailleurs pour souligner que « le débauchage est une pratique connue » et que le président de la République et sa majorité n'y sont pas étrangers. Quant au fond de cette tribune, la députée européenne dénonce des critiques infondées de la part de ces 72 signataires : « vous croyez que nous ne travaillons pas au service de la France ? Quand les choses vont dans le bon sens, nous les soutenons déjà », prenant notamment exemple sur la réforme de la SNCF.

Interrogée sur le départ de Valérie Pécresse, Nadine Morano estime que « ce n'est pas parce qu'on s'estime minoritaire qu'on doit partir ». Et la députée européenne s'empresse de dénoncer l'argument selon lequel Valérie Pécresse serait une femme libre, « comme si nous, nous étions aliénés... » Nadine Morano considère elle aussi qu'elle est « une femme totalement libre qui recherche l'unité de sa famille politique, son histoire, tout ce qu'on y a fait ». Dénonçant que « les parcours solitaires ne mènent à rien », la députée européenne souligne que « Valérie Pécresse ne veut pas le débat. Elle aurait pu se présenter à la présidence de notre famille politique mais elle n'a pas eu le courage de le faire ».

En ce qui concerne le futur de notre famille politique, Nadine Morano rappelle qu'« il faut savoir garder son sang-froid » et estime que Christian Jacob, actuel président du groupe les Républicains à l'Assemblée nationale, serait un bon président de notre famille politique. Pour elle, « le futur président des Républicains doit faire la synthèse, incarner le rassemblement. J'ai pensé à Christian Jacob, reconnu par tous ». Si Nadine Morano considère que « nous devons renouveler notre famille politique avec des jeunes », elle souligne qu'il ne faut pas se passer de ceux qui ont de l'expérience.

Et lorsqu'elle évoque la présidence de notre famille politique, Nadine Morano souhaite rétablir le bilan de Laurent Wauquiez, un président des Républicains « qui a remonté notre famille politique, qui a assaini les finances de notre parti, qui a remis en ordre nos fédérations » et contre lequel a été sonné « l'hallali ».

Alors que certains déclarent qu'Emmanuel Macron est « un président de droite », Nadine Morano balaie cette affirmation d'un revers de main. « Quand on est de droite, on agit pour faire baisser la dépense publique. Quand on est de droite, on baisse les impôts. Quand on est de droite, on maîtrise l'immigration. Quand on est de droite, on a comme objectif de baisser les impôts et de retrouver la compétitivité de nos entreprises. Nous avons proposé un plan d'économies de 20 milliards d'euros par an. Quand on est de droite, on sanctionne les délinquants et on maîtrise l'immigration. » Un changement de cap dans la politique gouvernementale que Nadine Morano appelle de ses vœux, notamment après la défaite de la majorité aux élections européennes. « Le Rassemblement national reste le parti de la colère et du ras-le-bol. Ils arrivent en tête des élections européennes et ça n'interpelle pas le gouvernement ? Ils ne veulent pas changer de cap. Emmanuel Macron n'a pas de stratégie pour la France, il a une stratégie pour être réélu. Son objectif est d'effacer la droite républicaine pour avoir Marine Le Pen face à lui. »

Interrogée sur l'espace politique des Républicains, Nadine Morano rappelle le rôle d'un parti politique, celui d'être « un organe de réflexion ». Pour la députée européenne, « le nôtre a vocation à apporter des réponses fortes sur l'économie, sur le régalien, sur l'éducation, sur la politique industrielle, sur la politique familiale ».

Et de conclure par un appel à l'union mais aussi à l'élargissement dans la parole de notre famille politique : « l'enjeu de refondation de la droite et du centre, c'est de reparler à tous les électeurs. Pour réussir, il faut parler à tous et sur tous les sujets. Les chemins de traverse sont désolants, nous devons reconstruire tous ensemble. »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Jean Leonetti : « N’ayez pas peur de la rupture »

Jean Leonetti : « N’ayez pas peur de la rupture »

Published on 06/09/2019

Alors que débute aujourd'hui le Campus du Touquet, Jean Leonetti, président par intérim de

Décision du 26 août 2019 - Liste des candidats

Décision du 26 août 2019 - Liste des candidats

Published on 26/08/2019

LISTE DES CANDIDATS A L’ELECTION A LA PRESIDENCE DU MOUVEMENT « LES REPUBLICAINS »

Annie Genevard : « Nous avons des bases, des atouts et des points de doctrine bien ancrés »

Annie Genevard : « Nous avons des bases, des atouts et des points de doctrine bien ancrés »

Published on 26/08/2019

Invitée de la matinale de RFI ce lundi matin, Annie Genevard, secrétaire générale de notre