12 avril 2018

Face à la gronde légitime qui monte des territoires abandonnés, la panique a gagné Emmanuel Macron, obligé d'organiser en quelques jours une grossière opération de communication afin de cacher la réalité : les communes rurales sont oubliées et méprisées.

Face à cette mauvaise séance de justification, la réalité est cruelle pour une majorité de Français :

- Suppression de services publics dans nos villes et villages pour toujours plus de concentration vers les grandes métropoles. - Fermeture de près de 1 000 classes, notamment dans les écoles des communes rurales.

- Fin des emplois aidés qui permettaient aux villages de France d'assurer les services à la population.

- Baisse de la vitesse à 80 km/h et hausse du prix du carburant, pénalisant avant tout les habitants de nos campagnes qui ont besoin de la voiture pour aller au travail.

- Fermeture de dessertes et remise en cause des lignes ferroviaires du quotidien dans les petites et moyennes villes, les enclavant toujours plus.

- Manque de moyens dans les hôpitaux ruraux et abandon des territoires victimes de la désertification médicale, créant un manque terrible d'offres de soins dans certains départements.

- Hausse de la CSG pour les retraités.

- Mépris de nombreux Ministres technocrates qui ne répondent à aucun courrier des maires ruraux.

Toujours plus abandonnés par Emmanuel Macron et En Marche, ce sont les Maires de France qui doivent palier aux défaillances du gouvernement pour, chaque jour, aider et accompagner les Français.

Monsieur le président, la parole c'est bien, les actes c'est mieux ! La France ne se résume pas aux métropoles à la mondialisation heureuse. Il est temps de faire une véritable politique nationale d'aménagement du territoire.

Gil AVEROUS
Président du Comité des Maires Les Républicains
Maire de Châteauroux

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains