Lydia Guirous au Figaro : « Ces enfants, il faut pouvoir en refaire des Français »

Publié le 01/04/2019

Auteur d'Allah est grand, la République aussi et de Ça n'a rien à voir avec l'islam ?, Lydia Guirous, née en Algérie en 1984, est porte-parole des Républicains et candidate LR aux élections européennes. Régulièrement menacée pour ses prises de position, elle met en garde contre toute « naïveté » face aux djihadistes.

Avez-vous été surprise par l'estimation officielle des enfants de djihadistes français présents dans la zone syro-irakienne ?

Je n'ai pas été surprise, car la France est l'un des pays les plus touchés par les départs de djihadistes. Dans ces conditions, rien de surprenant à ce que des enfants partent avec leurs parents ou qu'ils naissent sur place. L'une des fonctions des femmes djihadistes est en effet d'enfanter de futurs combattants de l'État islamique. Il est bien sûr très difficile d'avoir des chiffres précis, car le suivi du parcours des familles est très compliqué. Il faut bien sûr faire preuve d'humanité. Mais pas de naïveté. En cas de retour, le suivi de ces enfants doit être rigoureux. Il doit dépendre de l'âge des enfants, de ce qu'ils ont vécu. Même ceux en bas âge ont pu être exposés à des situations et des scènes très violentes.

Pour les enfants plus âgés, ils doivent être pris en charge par des services spécialisés avec une surveillance permanente. Ils ne doivent pas devenir des bombes à retardement. Il faut pouvoir en refaire des Français. Or il n'est pas facile de les faire sortir de l'enfermement dans lequel leurs parents les ont éduqués, dans la haine de la France, dans la haine de l'autre. Il faut être d'autant moins naïfs que dans ce conflit comme dans d'autres, des enfants ont pu combattre et sont encore imprégnés de l'idéologie de l'État islamique.

Que doit faire la France des mères de ces enfants, qui constituent une bonne partie des femmes djihadistes françaises actuellement dans la zone syro-irakienne ?

Je suis féministe et donc favorable à l'égalité homme/femme. Je considère ces femmes comme des djihadistes ayant embrassé l'idéologie de Daech, ses objectifs de destruction de l'Occident, d'instauration de la charia. Elles ont souvent fait preuve de détermination, joué un rôle non négligeable dans les réseaux terroristes, incité les hommes à passer à l'action, en zone syro-irakienne ou en France, comme cela a été le cas récemment dans la prison de Condé-sur-Sarthe. Il faut distinguer les individus non selon leur sexe mais selon ce qu'ils ont fait. Il faut donc tout faire pour empêcher le retour de ces femmes. Il faudrait aussi les déchoir de leur nationalité française. Si le gouvernement autorisait des retours, il faudrait les incarcérer systématiquement. Or, le 24 mars dernier, la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, parlait de 200 revenants « surveillés » sans plus de précisions...

Vous soutenez la création d'un tribunal international pour le jugement des djihadistes ?

Laurent Wauquiez a souhaité que l'Europe prenne l'initiative de la création d'un tribunal international ad hoc pour le jugement des djihadistes qui ont servi un État islamique coupable de crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Sur le modèle des tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda ou l'ex-Yougoslavie, ce tribunal serait installé en Irak. Ce « Nuremberg des djihadistes » jugerait notamment les Français ayant rejoint Daech et qui, ce faisant, ont trahi leur pays. Ils devraient être par ailleurs déchus de leur nationalité et se voir interdit le retour en France. Car ce retour constituerait une menace majeure pour les citoyens français et européens.

>> Lire l'interview sur LeFigaro.fr

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Bruno Retailleau au JDD : « Macron doit agir face à l'islamisme »

Bruno Retailleau au JDD : « Macron doit agir face à l'islamisme »

Published on 21/10/2019

Le président des sénateurs LR dévoile sa proposition de loi pour interdire les candidature

Eric Ciotti : « Il faut sortir de la banalisation et de la psychiatrisation des actes terroristes »

Eric Ciotti : « Il faut sortir de la banalisation et de la psychiatrisation des actes terroristes »

Published on 07/10/2019

Ce lundi matin, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, était l'invité des 4 Vérités, sur France 2, pour évoquer l'a

Monsieur Macron, agissez contre l'islamisme

Monsieur Macron, agissez contre l'islamisme

Published on 05/05/2019

Monsieur le président de la République,