05 septembre 2017

"Prière d'assumer les erreurs que j'ai commises". C'est en somme ce qu'Emmanuel Macron attend des propriétaires quand il les incite à baisser les loyers de 5 euros. "Simple mesure de bon sens", plaide-t-on au gouvernement. Les 5 euros viendraient compenser la baisse de 5 euros des APL décidée par le gouvernement au cœur de l'été. Une décision aussi injuste sur le plan social qu'inefficace sur le plan comptable (100 millions d'économies sur un budget de 18 milliards d'euros) et qui, en prime, a provoqué des dissensions à l'intérieur même de la majorité.

Mais au-lieu de le reconnaître, Emmanuel Macron persiste dans son erreur originelle. En mettant, d'abord, en cause les propriétaires au moment même où une étude (Observatoire Clameur) démontre que les loyers dans le secteur privé ont baissé de 1,5% depuis 2015 et minimise l'impact des APL dans le renchérissement des loyers. Une injustice n'a jamais réparé une autre injustice. En réduisant, ensuite, l'enjeu considérable de l’efficacité des politiques d'aide au logement à de simples coups de rabot budgétaire ; loin de ses promesses de grande réforme.

 

A vouloir gouverner le nez dans le portefeuille sur le sujet de préoccupation n°1 des Français, le gouvernement perd de vue l'objectif de la réforme : faire baisser la part du logement dans le budget des familles et rendre du pouvoir d'achat aux Français. Vraiment.

 

Brigitte Kuster

Porte-parole des Républicains

Députée de Paris 

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains