Laurent Wauquiez à France Bleu Nord : « On ne peut pas accueillir toute la jeunesse africaine sur le continent européen »

Publié le 05/02/2019

Dans son tour de France des territoires, Laurent Wauquiez a notamment visité, lundi, le centre d'exploitation d'Eurotunnel à Coquelles (Pas-de-Calais). L'occasion d'échanger sur les difficultés rencontrées face à la pression migratoire. Et de plaider pour un grand plan de développement de l'Afrique qui permettra à la jeunesse africaine d'avoir un avenir en Afrique et en même temps de mieux protéger l'Europe.

Après le Territoire de Belfort, vendredi dernier, le département de la Côte-d'Or, samedi, la Haute-Marne, dimanche, Laurent Wauquiez était, lundi, dans le département du Pas-de-Calais.

Ce déplacement du président des Républicains s'inscrivait dans le cadre de son tour de France des territoires programmé pour une dizaine de jours et sa volonté de rencontrer et écouter les Français grâce à une immersion dans leur quotidien.

Outre une réunion publique qui s'est déroulée lundi soir au Touquet, Laurent Wauquiez a préalablement échangé avec des commerçants du Touquet mais également des marins-pêcheurs à Etaples.

Sa visite a également été ponctuée par la découverte du centre d'exploitation d'Eurotunnel à Coquelles. L'occasion d'évoquer la pression migratoire qui s'exerce sur la côte d'Opale, des centaines de migrants tentant chaque jour de rejoindre, au péril de leurs vies, la Grande-Bretagne par la mer ou par le rail. « Personne n'a envie de voir se renouveler dans la Manche les drames que nous avons connus en Méditerranée avec des morts », confiait ce mardi matin Laurent Wauquiez au micro de France Bleu Nord. « Notre pays ne peut pas continuer à être traversé par des flux de migrants et de demandeurs d'asile. L'année dernière, nous avons eu le record de délivrance de titres de séjour en France. Ce n'est pas raisonnable. Il faut que l'on ait un discours plus ferme que celui tenu actuellement consistant à dire que l'on ne peut pas accueillir toute la jeunesse africaine sur le continent européen », estime le président des Républicains pour qui « la bataille, c'est d'aider l'Afrique à se développer et non pas de donner le sentiment que c'est chez nous, en Europe, que cela se passe »

Laurent Wauquiez préconise deux solutions. La première, concède-t-il, est « difficile et indispensable ». Elle consiste à accorder l'accès au système de solidarité français après avoir cotisé. « Est-ce que vous trouvez normal que quelqu'un qui a travaillé toute sa vie se retrouve avec une retraite qui est parfois inférieure à des gens qui, eux, n'ont pas cotisé et sont restés 10 ans en France sans cotiser ? », interroge Laurent Wauquiez estimant que l'« on donne accès à notre système de solidarité trop généreusement, sans qu'il y ait de règles. Dans tous les pays européens, pour accéder au système de sécurité sociale, de solidarité, il faut avoir cotisé un minimum. Je demande une règle : pour accéder à notre système de solidarité, il faut qu'il y ait un minimum de cotisations demandées », propose le président des Républicains.

La seconde solution consiste en une meilleure protection des frontières européennes. « On a besoin d'une protection européenne beaucoup plus efficace. En Grèce, on ne protège pas cette frontière si bien que des personnes rentrent en Europe de façon illégale. On doit augmenter nos moyens. C'est indispensable », estime Laurent Wauquiez pour qui « vider l'Afrique de sa jeunesse n'est pas une solution ».

Le président des Républicains prône pour « un grand plan de développement de l'Afrique pour que l'avenir de la jeunesse africaine soit en Afrique. Je suis convaincu que c'est la seule solution qui permette de mieux protéger l'Europe mais aussi d'accompagner le développement en Afrique », souligne-t-il.

Interrogé sur notre famille politique, Laurent Wauquiez se félicite du dynamisme retrouvé des Républicains après l'épreuve des élections présidentielle et législatives perdues de 2017. « On est aujourd'hui la première famille politique de France par le nombre d'adhérents et ce qui est très stimulant, c'est que le nombre d'adhésions repart à la hausse », témoigne Laurent Wauquiez confiant dans le score qui sera réalisé par les Républicains aux élections européennes. « Nous serons la seule liste qui peut dire "oui" à l'Europe et en même temps "non" aux dégâts de la politique d'Emmanuel Macron », souligne-t-il tout en faisant observer que « le chaos du Brexit » permet de « comprendre que le programme de Marine Le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan est une folie. Les Républicains sont les seuls à avoir cette parole de bon sens : on peut croire à l'Europe et on peut dire que ce qu'a fait Emmanuel Macron depuis deux ans n'est pas la bonne direction pour le pays », conclut Laurent Wauquiez.

>> Réécouter l'interview sur FranceBleu.fr

Signez notre pétition

Non aux régularisations Macron !

Il n’y a jamais eu autant d’immigrés en France. Au cours de la première année du mandat d’Emmanuel Macron, la France a délivré 262 000 titres de séjour, un record depuis 43 ans. De surcroît, notre pays a régularisé 180 000 immigrés clandestins depuis 2012.
Nous apprenons que le gouvernement prépare la régularisation de 10% des sans-papiers présents en France. Le gouvernement refuse de confirmer ou d’infirmer cette information. Les Français ont le droit de savoir combien de clandestins seront admis à séjourner en France.
Revenons au bons sens : l’immigration illégale est illégale et il ne peut y avoir de prime à l’illégalité. Quand une personne entre illégalement en France, elle ne doit pas y rester.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Bruno Retailleau : « La France sans l'Europe de Marine Le Pen et l'Europe sans la France d'Emmanuel Macron sont deux impasses »

Bruno Retailleau : « La France sans l'Europe de Marine Le Pen et l'Europe sans la France d'Emmanuel Macron sont deux impasses »

Published on 12/02/2019

Invité ce mardi matin de France Inter, Bruno Retailleau a défendu la vision des Républicai

François-Xavier Bellamy à CNEWS : « Le droit d'asile est un droit qui honore la civilisation européenne mais il est devenu un grand n'importe quoi »

François-Xavier Bellamy à CNEWS : « Le droit d'asile est un droit qui honore la civilisation européenne mais il est devenu un grand n'importe quoi »

Published on 11/02/2019

Invité ce lundi matin de CNEWS, François-Xavier Bellamy a condamné les violences lors de l

Alstom, la France, l'Europe

Alstom, la France, l'Europe

Published on 11/02/2019

Après plusieurs mois de négociations, la Commission européenne a rejeté la fusion entre les deux champions du ferrovi