06 février 2018

« Emmanuel Macron doit écouter le message qui lui a été envoyé ce dimanche et comprendre qu’il n’y a pas, en France, que des premiers de cordée. Il doit s’occuper de tout le monde ».

Invité ce mardi matin des "4 vérités" sur France 2, Laurent Wauquiez est revenu sur la victoire des candidats "les Républicains" aux législatives partielles dans le Val d'Oise et dans le Territoire de Belfort.

« Il faut qu'Emmanuel Macron écoute ce que disent les Français et comprenne ce qu'est leur vie quotidienne. Il ne comprend pas et sous-estime les questions de pouvoir d'achat », note le président des Républicains s'appuyant sur les témoignages recueillis lors de ses déplacements : « les Français connaissent en début d'année des pertes de pouvoir d'achat et constatent que tout augmente : la CSG, l'essence, le fioul, le timbre, le tabac... Ce n'est pas juste et ce n'est pas ce qu'avait dit le président de la République », observe Laurent Wauquiez relevant que « 42% des cadeaux fiscaux sont faits pour les 5% des Français les plus riches ».

Notant que le budget de l'Etat allait augmenter de 7 milliards d'euros en 2018 et que tous les crédits des ministères sont à la hausse de + 2,2% », Laurent Wauquiez appelle le Gouvernement à faire des économies. « Le Gouvernement ne fait pas d'économies mais pour tenir ses promesses de la présidentielle il va prendre dans la poche des Français. Je dénonce cette spirale. Le devoir aujourd'hui du président de la République est d'économiser sur la dépense pour ne pas augmenter les impôts », insiste-t-il.

Interrogé sur le déplacement du président de la République en Corse et sur les revendications des nationalistes (co-officialité de la langue corse, statut de résident, rapprochement des prisonniers...) Laurent Wauquiez fait observer que ces « points de départ sont parfois très éloignés de ce que sont les attentes de vie quotidienne des Corses ».

Pour le président des Républicains « il y a une ligne rouge et elle est simple : la Corse est et restera française. Cela signifie qu'il n'y a pas de citoyenneté corse, que la langue corse n'est pas au même niveau que la langue française parce qu'en France il y a une seule langue, le français. On peut cependant favoriser l'enseignement de la langue corse comme dans d'autres régions où l'on enseigne l'occitan, le breton... », souligne-t-il.

« Pour le reste, il faut rester souple », ajoute Laurent Wauquiez prenant exemple sur l'urbanisme. « La Corse est une île-montagne dans laquelle l'application du droit d'urbanisme ne peut pas être le même qu'ailleurs», estime-t-il.

A ses yeux la priorité en Corse consisterait d'abord « à appliquer le nouveau statut qui donne de grands pouvoirs très particuliers à la Corse avec la fusion entre la région et les deux départements. Que l'on commence par appliquer ce nouveau statut et mettons-nous ensuite autour de la table », propose Laurent Wauquiez.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains