Laurent Wauquiez à BFMTV : « Ma crainte, c'est que les mesures d'aujourd'hui soient les impôts de demain »

Publié le 11/12/2018

Mardi soir, Laurent Wauquiez était invité par Ruth Elkrief sur le plateau de BFM pour réagir aux annonces de la veille faites par Emmanuel Macron lors de son allocution aux Français.

Pour le président des Républicains, si certaines des mesures annoncées vont dans le bon sens, l'absence de pistes sur le financement de ces mêmes mesures est préoccupant. « Il n'y a pas quelque chose qui vous a marqué dans le discours d'Emmanuel Macron ? » a demandé Laurent Wauquiez à Ruth Elkrief. « Pas un mot sur le financement des mesures annoncées... Pas un mot sur des mesures d'économies sur le gaspillage de l'argent public... Ma crainte, c'est que les primes d'aujourd'hui soient les impôts de demain. Qui finance ? Qui paie ? S'il n'y a pas d'économies sur la dépense publique, ce seront les Français qui paieront. La seule façon de redonner durablement du pouvoir d'achat aux Français, c'est de baisser la dépense publique afin de baisser les impôts et les taxes. »

Laurent Wauquiez a ensuite rappelé que certaines des mesures annoncées par Emmanuel Macron était demandées et portées au Parlement par les Républicains depuis 18 mois. C'est notamment le cas de l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraités les plus modestes et du rétablissement de la défiscalisation des heures supplémentaires. « Le président de la République annonce des mesures que nous demandons depuis plus d'un an. Je dis : tant mieux et enfin ! »

Néanmoins, le président de notre famille politique rappelle que ces décisions ne sont pas venues toutes seules et qu'« il a fallu qu'il y ait des violences dans le pays pour que le président réponde enfin et bouge. » Une attitude que Laurent Wauquiez trouve « triste. Ce n'est pas ma conception du fonctionnement de la République. »

Questionné par Ruth Elkrief sur les pistes de financement des mesures annoncées, Laurent Wauquiez a rappelé que « les Républicains ont travaillé sur un plan d'économies sur la dépense publique de 20 milliards d'euros par an avec par exemple la création d'une allocation sociale unique plafonnée à 75% du SMIC » et que notre famille politique se tenait prête à travailler avec le gouvernement pour réduire le gaspillage de l'argent public. Le président des Républicains a tout de même tenu à souligner que : « Hier, Emmanuel Macron a corrigé des hausses de taxes qu'il avait lui-même décidées. »

Interrogé sur un possible acte V de la mobilisation des Gilets jaunes, Laurent Wauquiez a rappelé qu'il avait « soutenu dès le début le mouvement des Gilets jaunes car ce sont des Français qui travaillent et qui sont assommés de taxes et d'impôts. Je suis allé à leur rencontre de nombreuses fois. » Le président des Républicains a néanmoins souligné que son unique préoccupation est désormais de savoir « comment sortir de la crise. »

Laurent Wauquiez a affirmé que son « souhait est que samedi prochain, il n'y ait pas de manifestations. Je ne peux pas rester silencieux quand on voit la France s'abîmer. On ne construira rien sur des décombres. On ne peut pas construire sur le chaos. Notre responsabilité, c'est l'intérêt de la France. »

Questionné enfin sur la signature du Pacte mondial sur les migrations, Laurent Wauquiez a plaidé pour une consultation des Français sur une question aussi important que celle de l'immigration. Or, « le Pacte de Marrakech qui encourage l'immigration et le multiculturalisme, n'a même pas été débattu au Parlement. »

Signez notre pétition

Non aux régularisations Macron !

Il n’y a jamais eu autant d’immigrés en France. Au cours de la première année du mandat d’Emmanuel Macron, la France a délivré 262 000 titres de séjour, un record depuis 43 ans. De surcroît, notre pays a régularisé 180 000 immigrés clandestins depuis 2012.
Nous apprenons que le gouvernement prépare la régularisation de 10% des sans-papiers présents en France. Le gouvernement refuse de confirmer ou d’infirmer cette information. Les Français ont le droit de savoir combien de clandestins seront admis à séjourner en France.
Revenons au bons sens : l’immigration illégale est illégale et il ne peut y avoir de prime à l’illégalité. Quand une personne entre illégalement en France, elle ne doit pas y rester.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Brigitte Micouleau demande au Gouvernement de prendre en compte la situation des commerçants après les manifestations des Gilets jaunes

Brigitte Micouleau demande au Gouvernement de prendre en compte la situation des commerçants après les manifestations des Gilets jaunes

Published on 17/01/2019

Brigitte Micouleau, sénatrice les Républicains de Haute-Garonne a profité de la séance de questions au Gouvernement d

Marc-Philippe Daubresse : « Depuis deux ans, le président de la République fait très exactement le contraire de ce que préconisait le candidat Macron »

Marc-Philippe Daubresse : « Depuis deux ans, le président de la République fait très exactement le contraire de ce que préconisait le candidat Macron »

Published on 17/01/2019

Marc-Philippe Daubresse, sénateur les Républicains du Nord, s’est replongé avec une certaine délectation dans le livr

Pierre Vatin : « Incapable de maitriser la dépense publique, le Gouvernement fait payer la facture aux classes moyennes de notre pays »

Pierre Vatin : « Incapable de maitriser la dépense publique, le Gouvernement fait payer la facture aux classes moyennes de notre pays »

Published on 16/01/2019

Lors de la séance de questions au Gouvernement, Pierre Vatin, député les Républicains de l'Oise, a demandé si, à l'oc