Laurent Wauquiez à BFMTV : « Le préalable à toute aide est l’annulation de la hausse massive des taxes sur les carburants »

Publié le 14/11/2018

« On va nous donner des petites subventions pour financer des hausses massives de taxes. Il fallait y penser ! Jusqu’où va-t-on aller dans l’absurdité ? »

Président des Républicains, Laurent Wauquiez a réagi ce mercredi matin sur le plateau de BFMTV aux annonces du Gouvernement, inquiet de la colère grandissante des Français, face aux hausses continue des taxes sur les carburants dans un contexte d’overdose fiscale.

« L’information de la matinée, c’est que le Gouvernement n’annule pas les hausses des taxes. L’information de la matinée, c’est que le président de la République ne corrige pas son erreur, il n’a pas entendu les Français », constate Laurent Wauquiez, faisant remarquer que « dans quatre ans, la facture de la fiscalité énergétique sera de 15 milliards...parce qu’il a décidé d’augmenter un peu plus, chaque année, les hausses des taxes sur le carburant. Ce sont des hausses considérables. »

Qualifiant l’élargissement de certaines subventions (500 millions d’euros au total) de « petites mesurettes qui ne compensent pas la facture sur l’essence et le diesel », Laurent Wauquiez remarque que le Gouvernement « va rendre même pas 3% de ce qu’il va prendre dans la poche des Français. C’est de la micro-rustine qui n’est pas à la hauteur du sujet », cingle le président des Républicains, réclamant « l’annulation de toutes les hausses de taxes sur les carburants décidées par le Gouvernement depuis 2017. »

Prenant sa calculette, Laurent Wauquiez fait remarquer les conséquences concrètes et financières de l’augmentation des taxes sur le carburant : « pour un plein, dans quatre ans, l’augmentation des taxes sera de 15 euros. C’est massif ! En 2022, un automobiliste qui fait un plein de gasoil de 50 litres par semaine aura perdu 800 euros de pouvoir d’achat ! », souligne-t-il.

Contrarié que, « comme d’habitude, ce dispositif laisse de côté les classes moyennes » et que « la France qui travaille est largement oubliée », le président des Républicains sera ce samedi, au Puy-en-Velay (Haute-Loire) « aux côtés des gilets jaunes, mouvement spontané, porté par la France qui travaille. »

« Depuis un an je dis, et nous ne cessons de le répéter aux Républicains, que ce que fait le Gouvernement sur la fiscalité des carburants va nous conduire dans le mur. Je l’ai clairement dit tout de suite que c’était irresponsable et absurde », rappelle Laurent Wauquiez se plaçant pour cette raison en « soutien » de ce mouvement auquel il appelle à l’esprit de responsabilité. « Je suis à leurs côtés parce que je veux qu’ils soient entendus par le Gouvernement. Mais il ne faut pas bloquer. »

Dénonçant la méthode du Gouvernement qui préfère une « écologie punitive faite de hausses de taxes et de normes », Laurent Wauquiez estime que « le préalable à toutes les autres aides, le premier combat à mener, la seule solution à prôner est de revenir sur cette hausse massive des taxes sur les carburants. Il faudra ensuite réfléchir sur la neutralité de la taxe lors de l’augmentation du prix du baril », confie Laurent Wauquiez qui propose également « pour ceux qui travaillent, la possibilité de bénéficier d’un chèque carburant sur le modèle des tickets restaurant, dans un système totalement défiscalisé, pas de fiscalité pour l’entreprise, pas de fiscalité pour le salarié. »

L’occasion pour Laurent Wauquiez de rappeler la doctrine de la famille des Républicains : « on fait des économies sur les dépenses publiques mais c’est sans aucune augmentation de taxe », précise-t-il, fustigeant la politique du Gouvernement qui « consiste, habillée avec des oripeaux écologiques, à renflouer les caisses de l’État ».

Invitant les Français à s’intéresser aux politiques mises en place dans la région Auvergne-Rhône-Alpes qu’il préside, « seule région fusionnée à avoir fait des économies », Laurent Wauquiez décline quelques unes des initiatives régionales en matière écologique et environnementale : mise en place de centrales d’achat qui collectent les produits des agriculteurs, produits locaux dans les assiettes des cantines, déploiement de la voiture à hydrogène... « Nous raisonnons l’écologie par des solutions positives, incitatives et non punitives », résume Laurent Wauquiez qui, rappelle-t-il, a proposé de baisser les taxes sur l'essence et le diesel en Auvergne-Rhône-Alpes. « À condition que le président de la République accepte d'annuler ces hausses de taxes. C'est une mesure de bon sens », précise-t-il.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Published on 13/03/2019

Pour Gérard Cherpion, député des Vosges, les dernières négociations assurance-chômage qui

Raphaël Schellenberger : « La stratégie économique du gouvernement démantèle tout ce que l'excellence française a su faire de mieux »

Raphaël Schellenberger : « La stratégie économique du gouvernement démantèle tout ce que l'excellence française a su faire de mieux »

Published on 05/03/2019

Alors que les élections européennes se profilent et qu'Emmanuel Macron tente de donner des

Laurent Furst : « La dette publique avoisine 100% du PIB mais la folie continue ! »

Laurent Furst : « La dette publique avoisine 100% du PIB mais la folie continue ! »

Published on 20/02/2019

Profitant de la séance de questions au gouvernement, le député du Bas-Rhin, Laurent Furst,