20 mars 2018

Un rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la politique familiale préconiserait la suppression du quotient familial, en contrepartie de laquelle le versement des allocations familiales débuterait au premier enfant.

Instauré en 1945 par le général de Gaulle, le quotient familial est l'un des piliers de la politique familiale française.

Après avoir décidé de baisser le montant et le plafond de la PAJE (l'aide à l'accueil du jeune enfant) et de rendre inéligibles de nombreuses familles à la prime de naissance, la suppression du quotient familial signerait l'arrêt de mort de la politique familiale française.

Sous le précédent quinquennat, la fin de l'universalité des allocations familiales et la baisse du quotient familial avaient déjà durement éreinté notre politique familiale.

Alors même que la natalité, l'une des grandes forces de notre pays, est en baisse pour la troisième année consécutive (à 1,88 enfant par femme), le gouvernement ne fait qu'accentuer ce déclin.

Plutôt que de lutter efficacement contre le gaspillage de l'argent public, il frappe par sa politique fiscale les familles des classes moyennes.

Les Républicains s'y opposent avec force.

Laurence SAILLIET
Porte-parole des Républicains

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains