Jean-Pierre Leleux : « Il y a un dysfonctionnent très net de l'utilisation de l'audiovisuel au profit d'Emmanuel Macron »

Publié le 08/02/2019

La retransmission en direct des 6 débats auxquels a participé Emmanuel Macron pose le problème du temps de parole. Le sénateur des Alpes-Maritimes rappelle la règle précise du CSA et réclame un temps de parole identique pour les partis d'opposition.

Dans le cadre du grand débat, Emmanuel Macron était ce jeudi à Etang-sur-Arroux (Saône-et-Loire).

Ce nouveau déplacement d'Emmanuel Macron, le sixième relayé en continu notamment par les chaînes d'information, pose de façon accrue la question de l'équité du temps de parole.

Ce jeudi, Jean-Pierre Leleux, sénateur des Alpes-Maritimes, a réagi sur Public Sénat à la « monopolisation des écrans » par le président de la République. « Il y a une règle qui précise qu'un tiers du temps de parole est réservé à l'exécutif, un tiers à la majorité et un tiers à l'opposition. Là, on explose les compteurs ! », signale Jean-Pierre Leleux qui espère que « le Conseil de surveillance de l'audiovisuel (CSA) s'autosaisira de ce problème. Le CSA a la mission de surveiller cela et de faire des rapports en conséquence », appuie-t-il.

Si « passer le temps à compter les minutes et à qualifier les représentations des uns et des autres peut apparaître compliqué », Jean-Pierre Leleux précise que « c'est justement la mission du CSA. Il faut qu'il dise au moins ce qu'il en pense », estime le sénateur.

Voyant une corrélation entre le nombre d'heures qu'ont accordé en continu les médias à Emmanuel Macron et sa remontée dans les sondages, Jean-Pierre Leleux réclame « un temps de parole identique pour les partis d'opposition. Là, il y a un dysfonctionnent très net de l'utilisation de l'audiovisuel », insiste-t-il.

Jean-Pierre Leleux en appelle également à la responsabilité de la presse pour qu'« elle mette en œuvre ses émissions en fonction des ratios prévus par la loi. C'est également aux chaînes de télévision de faire leurs calculs. Il faut être mesuré et respecter les groupes d'opposition. Ce n'est pas ressenti comme cela en ce moment », déplore-t-il rappelant que « la démocratie, c'est une majorité que l'on respecte en tant que telle mais également une opposition qui doit exister ».

Signez notre pétition

Non aux régularisations Macron !

Il n’y a jamais eu autant d’immigrés en France. Au cours de la première année du mandat d’Emmanuel Macron, la France a délivré 262 000 titres de séjour, un record depuis 43 ans. De surcroît, notre pays a régularisé 180 000 immigrés clandestins depuis 2012.
Nous apprenons que le gouvernement prépare la régularisation de 10% des sans-papiers présents en France. Le gouvernement refuse de confirmer ou d’infirmer cette information. Les Français ont le droit de savoir combien de clandestins seront admis à séjourner en France.
Revenons au bons sens : l’immigration illégale est illégale et il ne peut y avoir de prime à l’illégalité. Quand une personne entre illégalement en France, elle ne doit pas y rester.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Geoffroy Didier : « L'antisémitisme grandit car l'islamisme radical grandit »

Geoffroy Didier : « L'antisémitisme grandit car l'islamisme radical grandit »

Published on 18/02/2019

Lors du point-presse hebdomadaire des Républicains, Geoffroy Didier a condamné avec force

Tribune des maires à la veille de l'acte 14 des Gilets jaunes

Tribune des maires à la veille de l'acte 14 des Gilets jaunes

Published on 16/02/2019

Monsieur le président,

« Ça suffit ! » : l’appel à l’union contre l’antisémitisme

« Ça suffit ! » : l’appel à l’union contre l’antisémitisme

Published on 15/02/2019

Les partis politiques lancent un appel à la mobilisation contre l’antisémitisme :