Jean Leonetti : « Les Républicains sont un grand parti »

Publié le 20/06/2019

Jean Leonetti, président par intérim des Républicains et maire d'Antibes, était ce jeudi matin l'invité d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1 pour évoquer le futur de notre famille politique, les élections municipales à venir mais aussi l'ouverture de la PMA aux couples de femmes.

« Il faut éviter la panique et avoir de la lucidité » C'est par ces mots apaisants que Jean Leonetti, président par intérim de notre famille politique, a souhaité débuter son interview sur le futur des Républicains. Et cette lucidité, c'est celle qui consiste à se rendre compte que « les Républicains sont un grand parti, celui qui a créé la Ve République et qui a porté de grandes réformes ». Et c'est notamment en regardant cet héritage que le maire d'Antibes considère que notre parti « correspond à l'attente de nombreux citoyens de la droite et du centre », raison pour laquelle Jean Leonetti « pense qu'il va se redresser ».

Interrogé sur la convention sur les fondamentaux des Républicains que notre famille organisera le 6 juillet prochain à son initiative, Jean Leonetti lui donne un objectif clair : « que nous disions qui nous sommes ». Parce que pour notre président par intérim, les Républicains ont bien « une identité, celle du parti de la liberté, de la responsabilité et de l'autorité » notamment.

Alors que Bruno Retailleau, président du groupe les Républicains au Sénat et sénateur de Vendée, a renoncé à se présenter à l'élection à la présidence des Républicains, Jean Leonetti considère que « Bruno Retailleau a agi avec beaucoup de responsabilité. Il a choisi de ne pas se présenter pour éviter une guerre des chefs et un nouveau déchirement dans notre famille politique ». Notre président par intérim a souhaité rappeler qu'il s'est d'ailleurs battu pour que cette élection ait lieu le plus vite possible car il la considère « nécessaire » et la qualifie de « beau souffle démocratique pour notre parti ».

Et en évoquant le futur de notre famille politique, Jean Leonetti souligne que « l'avenir, c'est le projet et les idées » mais aussi que cet avenir se fera avec la droite et le centre. « La droite et le centre ont beaucoup plus de choses qui les rassemblent que de choses qui les divisent et nous devons continuer à travailler ensemble. »

Interrogé sur les élections municipales à venir et notamment sur les possibles ralliements des maires des Républicains à la République en Marche, Jean Leonetti, lui-même maire d'Antibes, appelle nos élus à « ne pas céder à la panique et à la menace ». Il rappelle d'ailleurs qu'« il n'y a rien de plus opposé qu'une élection européenne et une élection municipale » car à ses yeux, « dans une élection municipale, les Français se posent la question de la bonne gestion de la ville et non pas des alliances. C'est une élection de proximité et non politicienne ».

En ce qui concerne l'ouverture possible de la PMA aux couples de femmes et la position qu'adoptera notre famille politique, Jean Leonetti a souhaité rappeler que « chacun dans notre parti a la liberté de vote sur les questions éthiques. Il faut que la liberté de conscience existe ». Le président par intérim de notre famille politique a ensuite donné son avis personnel en affirmant qu'il ne trouvait « pas sain de faire naître des enfants sans père ni de finir avec une marchandisation des gamètes provoquée par leur pénurie ». Jean Leonetti considère d'ailleurs que le débat va au-delà de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et évoque, au nom de l'égalité, l'ouverture de la GPA pour les couples d'hommes. « Il y a une pente glissante et un effet domino : pourquoi n'y aurait-il pas de mères porteuses par la suite ? » Hypothèse à laquelle il s'opposera « avec la plus grande violence » car il considère que « la marchandisation du corps des femmes sera la fin de la considération de l'humain et de la dignité de la personne humaine ».

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Une nouvelle équipe dirigeante pour incarner l'alternance

Une nouvelle équipe dirigeante pour incarner l'alternance

Published on 23/10/2019

Ce mercredi matin, à l'issue du premier bureau politique de sa présidence, Christian Jacob

Proclamation des résultats de l'élection du président

Proclamation des résultats de l'élection du président

Published on 16/10/2019

La Haute Autorité du Mouvement « Les Républicains »,

Christian Jacob : « Nous avons des fondamentaux solides »

Christian Jacob : « Nous avons des fondamentaux solides »

Published on 14/10/2019

Ce lundi matin, au lendemain de son élection à la tête de notre famille politique, Christi