Jean Leonetti au Figaro : « La clarification est un élément majeur de notre refondation »

Publié le 27/06/2019

Dans un entretien au Figaro.fr, le président par intérim des Républicains évoque le futur de notre famille politique et appelle à une clarification des valeurs.

Comment jugez-vous l'initiative de ce dîner entre plusieurs membres des Républicains et l'ex-députée FN du Vaucluse ?

Cette démarche est inacceptable. Personne ne peut ignorer que Marion Maréchal Le Pen a été candidate FN contre Christian Estrosi aux dernières élections régionales. Au moment où notre parti a besoin de se reconstruire, il n'a pas besoin de se disperser, en particulier avec le clan Le Pen.

Parmi les LR présents dans ce dîner, on a aperçu le jeune membre du parti Éric Tegnér, le député de l'Ain Xavier Breton, le conseiller régional Sébastien Pilard et le sénateur du Val d'Oise Sébastien Meurant. Que leur dites-vous ?

Je leur demande de clarifier leur position. Cette clarification passe par leur appartenance aux Républicains qui implique une totale étanchéité à toute alliance avec l'extrême droite. L'extrême droite en France a une histoire. Aujourd'hui, par l'intermédiaire de Mme Le Pen, elle a aussi un projet qui est l'opposé du nôtre sur les plans européen, social et économique. L'objectif de l'extrême droite a toujours été de combattre la droite républicaine, depuis le gaullisme jusqu'à aujourd'hui. Ce n'est pas de manière innocente que je propose, dès le 6 juillet, de redéfinir la charte de nos valeurs et de nos engagements. Ce rendez-vous vient à point. En octobre, un vote portera sur ces valeurs. Cela permettra à nos militants de définir une ligne politique. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans les affirmations républicaines que nous proposerons, seront libres de partir. La clarification est un élément majeur de notre refondation.

Envisagez-vous des exclusions ?

Je ne veux pas exclure à la suite d'un repas. Mais je formule un rappel à l'ordre face à une situation qui pourrait être le début d'une dérive.

Les Républicains sont-ils en capacité de faire respecter une telle discipline aujourd'hui ?

Si Les Républicains ne respectent pas une discipline, demain, ils n'existeront plus. Plus qu'une discipline, plus qu'une autorité, il faut lancer un appel au bon sens, dans une période où l'on voit bien des opérations de débauchage. D'une part, Emmanuel Macron s'y consacre en vue des prochaines municipales, d'autre part, Marine Le Pen tente une stratégie d'union des droites. Si nous ne sommes pas très clairs sur notre positionnement et très sûrs sur nos valeurs, nous irons vers la disparition. J'appelle plus à la raison qu'à l'ordre. Après en avoir parlé avec les principaux dirigeants du parti, je peux vous dire que notre position est unanime sur ce sujet.

>> Lire l'interview sur LeFigaro.fr

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition