10 octobre 2018

La presse a fait état hier d'une note des services de renseignement particulièrement alarmante sur les dérives du communautarisme à l'école. Les exemples de revendications intégristes, de tensions communautaires, de pressions entre élèves et vis-à-vis des professeurs sont légion. Quinze ans après la parution des Territoires perdus de la République, c'est une note de plus, un cri d'alarme supplémentaire qui témoigne de la réalité que vivent de nombreux Français. Nous déplorons qu'Emmanuel Macron et le gouvernement ne prennent pas la mesure du défi auquel nous faisons face.

Mise à part la création d'une plateforme de signalements, l'inaction du gouvernement est patente. Elle se double d'une série de déclarations inquiétantes qui témoignent d'une coupable naïveté. Par exemple, le porte-parole du gouvernement a jugé « stigmatisante » une tribune contre le séparatisme islamiste qui se développe dans certains quartiers. Emmanuel Macron s'est attaqué à « la radicalisation de la laïcité » alors que c'est la radicalisation de l'islam qui tue en France : 253 victimes depuis 2012. Il ne semble pas conscient que le communautarisme est le terreau du terrorisme. Dans certains quartiers, ce sont bien notre mode de vie et nos lois qui sont remis en cause.

Emmanuel Macron continue par ailleurs à trouver des excuses à la radicalisation. Il a par exemple expliqué que c'est faute d'« une école de la bienveillance » que des « pulsions de mort finissent par fasciner quelques-uns ». Ce que démontre cet énième signal d'alarme c'est que c'est d'abord la fermeté qui fait aujourd'hui défaut.
L'aveuglement d'Emmanuel Macron contraste avec les dernières déclarations de son ex-ministre de l'Intérieur. Fidèle à la lâcheté de la gauche sur ces sujets et à l'instar de François Hollande qui avait fait état à des journalistes - à la fin de son mandat - de la « partition en train de se produire », l'ex Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a attendu d'avoir quitté ses fonctions pour - enfin - avoir une parole courageuse et lucide sur la gravité de la situation.

Les Républicains combattent avec détermination et constance le communautarisme qui fait le nid de l'intégrisme. Il faut imposer le retour de l'autorité dans les quartiers, celle de la loi, de la police, de l'école, de notre mode de vie. Aucun territoire ne doit échapper aux lois de la République. Nous assumons clairement vouloir que la France reste la France.

Lydia GUIROUS
Porte-parole

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains