Il est temps d'arrêter l'immigration de masse

Publié le 18/01/2019

Les chiffres de l’immigration en 2018 ont été rendus publics par le ministère de l’Intérieur le 15 janvier. Ils parlent d’eux-mêmes : l’immigration légale atteint un record historique avec plus de 255 000 titres de séjours délivrés en 2018.

Lors de sa campagne, Emmanuel Macron défendait que « l’immigration, c’est une chance ». Mais il a toujours soigneusement évité de dire son intention aux Français : veut-il réduire ou augmenter l'immigration ? 

Lors d’un débat sur France 2 en septembre dernier, Laurent Wauquiez a demandé à trois reprises à Edouard Philippe s’il jugeait l’immigration trop élevée. Cette question légitime est restée sans réponse.

Non seulement le gouvernement n’a pris aucune mesure pour diminuer l’immigration légale, mais il en a même augmenté le champ des possibilités (extension de la réunification familiale aux frères et sœurs).

Les nouveaux chiffres de l'immigration :

255 550 nouveaux titres de séjour en 2018, un record. En deux ans, l’immigration illégale a encore augmenté de 11%.

32 261 régularisations de sans-papiers, en hausse de 4%. Depuis 2012, plus de 200 000 sans-papiers ont été régularisés. C’est une prime à l’illégalité.

122 743 demandes d’asile, en hausse de 22% en un an, un record historique. La France est déjà le 2e pays européen à avoir accueilli le plus de réfugiés et de demandeurs d’asile.

• Près de 90% des déboutés du droit d’asile ne sont pas reconduits dans leur pays.

Il n’y a jamais eu autant d’immigrés sur notre sol. La part des immigrés dans la population est la plus élevée jamais vue : 9,3% en 2015 selon l’Insee. Le directeur de l’OFII, Didier Leschi, l’estime aujourd’hui « entre 9 et 11% ».

Un million d’immigrés supplémentaire en cinq ans :  ce chiffre est contesté à partir du solde migratoire, estimé par l’Insee à + 58 000 en 2017. Mais il faut rappeler que le solde migratoire prend en compte les entrées et les sorties des étrangers et des Français. Il faut donc regarder le solde des immigrés qui est bien de l’ordre de + 200 000 par an, soit + 1 million sur 5 ans si rien n’est fait.

• Un nombre d’immigrés illégaux sans précédent : il est très difficile d’estimer le nombre d’immigrés illégaux. Un chiffre est incontestable : le nombre de bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat (accès gratuit pour les immigrés illégaux à notre système de santé) qui a doublé en quinze ans pour atteindre 315 835 en 2017. Le coût de ce dispositif avoisine le milliard d’euros : 935 millions d’euros cette année, un record historique.

« Ces chiffres confirment les craintes des Républicains affirmées depuis 18 mois, et en particulier durant l'examen de la loi Asile-Immigration : la politique gouvernementale encourage l'immigration légale et illégale en France. » - Pierre-Henri Dumont
« Si rien n'est fait et si rien ne change, la France accueillera un million d'immigrés en plus sur le quinquennat d'Emmanuel Macron. » - Laurent Wauquiez
Nos propositions pour arrêter l'immigration de masse

Après des tergiversations inexplicables, la question de l’immigration sera finalement abordée dans le cadre du grand débat national promis par Emmanuel Macron. Ce sera l’occasion pour les Républicains de défendre leurs convictions.

Néanmoins, le débat semble déjà biaisé : sur le site du grand débat national, on peut lire que « depuis la fin des années 2000, le nombre de premiers titres de séjour délivrés est d’environ 200 000 par an ». C’est faux : il est passé de 189 360 en 2010 à 255 550 en 2018, soit une hausse de 35%.

Après avoir rejeté notre proposition de plafond d’immigration, Emmanuel Macron demande dans sa lettre aux Français : « En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? »

Nous proposons depuis des mois d’instaurer un plafond d’immigration contraignant voté annuellement par le Parlement en fonction des besoins et des capacités d’accueil de la France. Le principe d’un tel plafond doit être inscrit dans la Constitution pour garantir ce principe simple : c’est aux Français de décider qui entre en France, y compris en matière d’immigration familiale. La constitutionnalisation de ce plafonnement migratoire permettrait de lever les verrous juridiques et jurisprudentiels à la maîtrise de l’immigration. Sa mise en œuvre impliquerait un changement radical dans les pratiques de l'administration qui devrait, sous contrainte, mener une politique active de sélection et de priorisation des candidats et qui, une fois le plafond atteint, serait allégée de la charge d’instruire les dossiers.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Bruno Retailleau : « Nous devons repenser toute notre législation sur l'immigration »

Bruno Retailleau : « Nous devons repenser toute notre législation sur l'immigration »

Published on 25/09/2019

Ce mercredi matin, Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée et président du groupe les Répu

Éric Ciotti au Figaro : « Nos capacités d'assimilation sont saturées ! »

Éric Ciotti au Figaro : « Nos capacités d'assimilation sont saturées ! »

Published on 18/09/2019

Eric Ciotti, Député des Alpes-Maritimes, accuse le chef de l'État de ne pas s'attaquer aux

Eric Ciotti : « Aujourd'hui, il y a trop d'immigration que nous ne pouvons plus intégrer »

Eric Ciotti : « Aujourd'hui, il y a trop d'immigration que nous ne pouvons plus intégrer »

Published on 19/06/2019

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et président de la Commission nationale d'investit