Guillaume Peltier : « Emmanuel Macron est un vrai pyromane et un faux pompier ! »

Publié le 13/05/2019

À deux semaines des élections européennes, Guillaume Peltier se félicite de la dynamique de la liste des Républicains et de l'esprit de rassemblement de la droite et du centre impulsé par Laurent Wauquiez. Alors que le mouvement des gilets jaunes perdure, il fustige Emmanuel Macron, « le président de l'esquive et de la rustine ».

« Avec François-Xavier Bellamy et l'ensemble de ses colistiers, il y a une dynamique. La droite est en train de sortir des abîmes et c'est une bonne nouvelle ». Invité ce dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro, Guillaume Peltier, Premier Vice-président des Républicains, a tenu à saluer publiquement « la capacité de la droite à enfin présenter un visage uni ». Et rendre un « hommage » particulier à Laurent Wauquiez « qui incarne la droite des convictions », d'être parvenu, au lendemain d'une « année 2017 terrible », à recréer l'unité de la droite républicaine.

L'occasion de souligner le soutien apporté à la liste des Républicains aux élections européennes de Valérie Pécresse, François Baroin, Christian Estrosi, Arnaud Robinet... « Tous ces talents, tous ces ténors rejoignent la droite républicaine », apprécie Guillaume Peltier se félicitant de la stratégie constante du « temps long » voulu par Laurent Wauquiez afin de rassembler la droite.

À 15 jours du scrutin européen, le député de Loir-et-Cher a invité toute sa famille politique à amplifier son effort « pour convaincre nos compatriotes que le choix dans lequel Emmanuel Macron et Marine Le Pen tentent d'enfermer les Français est un choix mortifère ».

« Si les Français veulent préparer autre chose pour notre pays, ne veulent pas donner un chèque en blanc à Emmanuel Macron et sa politique d'injustice sociale, fiscale, et territoriale ni donner un chèque en blanc à Marine Le Pen avec sa politique de division, de fragmentation de notre pays et de recul de la France en Europe, ils ont l'opportunité de choisir la seule liste crédible, la nôtre. »

L'occasion de fustiger les programmes du Rassemblement national et d'En Marche. « Comment notre génération peut considérer que la France puisse avoir un avenir sans construction européenne, comme le préconise le Rassemblement national ? Avec eux, c'est la nation sans l'Europe et avec En Marche, c'est l'Europe sans les nations », note Guillaume Peltier mettant en avant le projet des Républicains. Celui d'une Europe des nations « qui associe les nations souveraines capables de se protéger et qui confient à l'Europe ce pour quoi nous ne sommes pas suffisamment efficaces seuls ».

À l'exemple de la lutte contre l'immigration pour laquelle le projet des Républicains appelle « à la fois à défendre nos frontières nationales et nos frontières européennes. Ou de la lutte contre l'islam politique pour laquelle Guillaume Peltier observe que le projet des Républicains est « le seul à proposer une charte des valeurs européennes que toute personne voulant venir sur le territoire européen doit signer ».

À deux semaines du scrutin européen, le Premier Vice-président des Républicains a également voulu alerter sur le « jeu extrêmement dangereux » que jouent Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui « confisquent le jeu démocratique ».

« Est-ce que la victoire de Marine Le Pen, le 26 mai, serait une bonne nouvelle pour la France ? Est-ce que la victoire d'Emmanuel Macron, le 26 mai, serait une bonne nouvelle pour la France ? Non car 75% de nos compatriotes estiment qu'Emmanuel Macron a échoué en tant que président de la République et 75% de nos compatriotes considèrent que les idées de Marine Le Pen ne sont pas bonnes pour notre pays », note-t-il soulignant que la liste des Républicains est la meilleure « alternative » et s'appuie sur un projet travaillé pendant plus d'un et présenté en mars dernier au contraire d'En Marche qui vient de publier son projet jeudi dernier !

Guillaume Peltier s'est par ailleurs dit « préoccupé » par une 34e liste, validée tardivement vendredi 10 mai par le Conseil d'Etat, liste émanant de l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) dont il doute de l'intégrité. Précisant qu'il combattra « toujours ceux qui font de la religion une politique », le Premier Vice-président des Républicains considère que « toute liste qui ne reconnaîtrait pas la primauté des lois de la République sur une loi religieuse n'a pas vocation à se présenter au suffrage de nos compatriotes ». Invitant le ministre de l'Intérieur à « être suffisamment vigilant », il considère que si la liste ne reconnait pas la primauté des lois de la République, le même ministre de l'Intérieur doit interdire à cette liste « la possibilité de se présenter. Si ce n'est pas le cas, elle pourra se présenter ».


Interrogé sur le mouvement des gilets jaunes, Guillaume Peltier distingue deux grandes phases. La 1ère, le 17 novembre dernier, « avec l'exaspération légitime d'un grand nombre de nos compatriotes sur la question du pouvoir d'achat et de l'inégalité des territoires. Et la 2nde qui a été « remplacée par des minorités violentes ». « Il est temps que cela cesse mais je ne pense pas que le président ait encore pris la mesure de l'exaspération de nos compatriotes. Il y a une colère qui se traduit par une immense indifférence en l'endroit de l'engagement politique », déplore celui qui qualifie Emmanuel Macron de « président de l'esquive », de « président de la rustine » qui « n'arrive pas à remettre à plat l'ensemble des politiques publiques ». 

L'occasion pour le Premier Vice-président des Républicains de présenter la vision proposée par les Républicains. « D'abord, un grand plan de baisse des dépenses publiques. Ensuite, parce que nous baisserons les dépenses publiques, nous baisserons les charges qui pèsent sur le travail et les entreprises. Et parce que nous baisserons les charges qui pèsent sur les entreprises, nous pourrons enfin augmenter les salaires », détaille Guillaume Peltier pour qui « le grand moteur de l'exaspération des Français, c'est que le travail ne paie plus, que les salaires sont trop bas, que tous ceux qui font des efforts, se lèvent le matin, qui prennent des risques, en ont marre de voir que leurs efforts ne sont jamais récompensés et que, systématiquement, ils sont taxés et fiscalisés ».

Alors qu'on lui oppose qu'Emmanuel Macron a pour projet de réindexer les pensions d'une partie des retraités et de baisser les impôts, « il tente, de façon profondément cynique, d'éteindre ces incendies qu'il a lui-même allumés », rétorque-t-il. « Emmanuel Macron crée des injustices et il fait semblant, ensuite de les amoindrir ! C'est un pompier pyromane ou plus exactement un vrai pyromane et un faux pompier », considère Guillaume Peltier en forme de conclusion.
 

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Published on 15/05/2019

La hausse des taxes sur les carburants a été l'un des facteurs déclencheurs de la crise de

Véronique Louwagie : « Le gouvernement doit faire des efforts pour réduire les dépenses publiques »

Véronique Louwagie : « Le gouvernement doit faire des efforts pour réduire les dépenses publiques »

Published on 14/05/2019

Véronique Louwagie, députée de l'Orne, estime qu'après les efforts consentis par les colle