Guillaume Peltier : « Que la droite redevienne le grand parti du travail et de l'ordre »

Publié le 18/06/2019

Guillaume Peltier, premier vice-président des Républicains et député de Loir-et-Cher, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce mardi matin. L'occasion d'évoquer la réforme de l'assurance chômage, la politique migratoire ou encore le futur de notre famille politique.

« En France, il n'y a plus d'écart suffisant entre celui qui ne travaille pas et celui qui travaille et tout le monde est perdant. » C'est par ce constat que Guillaume Peltier a souhaité débuter son interview face à Jean-Jacques Bourdin. Interrogé sur la réforme de l'assurance chômage, le député de Loir-et-Cher plaide pour une réforme qui se ferait « en trois temps : l'instauration d'un contrat unique à droits progressifs, l'instauration d'une allocation chômage maximale de 12 mois dégressive au bout de 6 mois et la hausse générale des salaires liées à la baisse des cotisations qui pèsent sur les entreprises ». Si pour le premier vice-président des Républicains, la solidarité est « indispensable », l'objectif premier des politiques de solidarité doit être de protéger mais surtout de « redonner l'indépendance et une place autonome à tous dans la société ».

Alors que Jean-Jacques Bourdin lui a demandé à plusieurs reprises s'il pourrait voter cette réforme, Guillaume Peltier s'est insurgé contre l'image d'« opposition sectaire » que l'on souhaite donner de la droite. « Savez-vous que les Républicains, que l'on présente comme un seul parti d'opposition, ont voté 41% des textes du gouvernement ? Ça suffit de dire que la majorité est ouverte alors qu'elle vote systématiquement contre nos amendements tout en nous présentant comme une opposition sectaire. Nous sommes une opposition d'intérêt général. »

Interrogé sur le futur des Républicains, Guillaume Peltier a posé deux conditions à une refondation réussie : d'abord, « une équipe et une alchimie qui permettent de rassembler et de garantir l'unité », mais aussi, « un électrochoc car les défaites de 2017 et 2019 sont lourdes et commandent une révolution intellectuelle ». Alors que Jean-Jacques Bourdin lui a demandé à plusieurs reprises qui allait présider les Républicains, le député de Loir-et-Cher souligne que ce débat de personnes n'intéresse pas les Français. L'occasion pour notre premier vice-président d'évoquer l'espace politique dont notre famille dispose : « nous devons nous adresser aux 75% de Français qui ne se retrouvent ni dans madame Le Pen ni dans monsieur Macron. Je refuse de laisser les Français dans un choix entre les deux. Nous devons proposer une alternative à ce choix mortifère ». Et pour Guillaume Peltier, cette alternative repose sur un discours clair, notamment autour de deux sujets principaux : « que la droite redevienne le grand parti du travail et le grand parti de l'ordre ».

Alors que le gouvernement envisage l'instauration de quotas d'immigration, le député de Loir-et-Cher souligne que sa vision de l'immigration « n'est pas celle du gouvernement » car, à ses yeux et contrairement à ce que pense et fait le gouvernement, « il y a trop d'immigration dans notre pays. L'année dernière, 255 000 titres de séjour ont été délivrés ». Une fois encore, Guillaume Peltier se refuse à laisser le pays dans un duel Macron-Le Pen : « il est hors de question de laisser à Emmanuel Macron et Marine Le Pen le monopole de la politique migratoire avec un monsieur Macron qui propose de répartir les migrants entre les pays européens et une madame Le Pen qui refuse toute immigration ». L'occasion de présenter ses propositions : « que les demandes d'asile soient traitées dans des centres en dehors du territoire européen, que les aides sociales soient conditionnées à trois années de résidence et de travail sur le territoire européen, et enfin un grand plan Marshall des pays du sud conditionné au contrôle des flux migratoires, à la lutte contre la corruption... »

Interrogé enfin sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, Guillaume Peltier considère « que tout ce qui touche à l'intime doit être modifié d'une main tremblante ». L'occasion de plaider pour un débat apaisé, qui sorte enfin « de l'invective ». Et de conclure en présentant ses réticences : « ce qui m'inquiète dans ce texte, c'est la marchandisation du corps. La PMA pour toutes peut conduire à la GPA au nom du principe d'égalité des droits. »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

François-Xavier Bellamy : « Dans le dossier des retraites, il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie »

François-Xavier Bellamy : « Dans le dossier des retraites, il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie »

Published on 30/08/2019

Ce vendredi matin, François-Xavier Bellamy, député européen, était l'invité de France Info pour réagir à divers sujet

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Published on 28/08/2019

Ce mercredi matin, Jean Leonetti, président par intérim de notre famille politique et mair

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Published on 13/03/2019

Pour Gérard Cherpion, député des Vosges, les dernières négociations assurance-chômage qui