Guillaume Larrivé : « Le travail de refondation doit passer à la fois par les territoires et par les idées »

Publié le 05/06/2019

Invité du Talk Le Figaro ce mercredi, Guillaume Larrivé, député de l'Yonne a évoqué avec Yves Thréard le futur des Républicains avant de répondre aux questions des internautes.

« Conformément à nos statuts, Jean Leonetti assure l'intérim pour cette période de transition. Une période de transition qui ne doit pas être une période de glaciation » avertit Guillaume Larrivé en préambule de son interview. Interrogé sur la figure du président des Républicains, le secrétariat général délégué au projet considère que « la personne qui sera à la présidence du parti après l'élection de cet automne ne doit pas être candidate à l'élection présidentielle, elle doit se mettre au service du collectif et être un trait d'union ». Un train d'union pour assurer le rassemblement. Parce que, pour Guillaume Larrivé, « la droite ne sera audible que lorsqu'elle sera rassemblée ». Mais attention, si le député de l'Yonne appelle au rassemblement, il précise bien que le rassemblement, ce n'est « ni le reniement, ni le ralliement » car « l'avenir n'appartient pas à ceux qui retournent leur veste ».

Alors comment Guillaume Larrivé voit-il le futur des Républicains ? Avec un « rassemblement qui nécessite de fédérer tous les territoires, toutes les bonnes volontés et toutes les générations ». Parce que, comme il le souligne, la droite a besoin d'être refonder et cette refondation se fera « à la fois par les territoires et par les idées ».

Convaincu que « la droite a un avenir », le député de l'Yonne explique sa conviction par le fait « qu'on ne peut pas laisser les Français enfermés dans un duel RN-LREM qui les fracture. 8 Français sur 10 ne se retrouvent d'ailleurs pas dans ce duel. Nous avons un devoir, c'est de tracer un chemin, celui de la réconciliation nationale ».

Et lorsque le présentateur Yves Thréard affirme que Guillaume Larrivé évoque la réconciliation nationale comme un stratagème pour ne pas parler de la réconciliation des Républicains, le secrétaire général délégué riposte immédiatement : « l'enjeu, c'est l'avenir de la France et non pas des bidouillages d'appareils. La question n'est pas de savoir si nous sauverons nos places dans un organigramme, ce qui nous intéresse, c'est la France ! »

Évoquant les sujets sur lesquels la droite doit se faire entendre en priorité, Guillaume Larrivé développe plusieurs piliers : la lutte contre le gaspillage de l'argent public et le combat de la compétitivité de nos entreprises, mais aussi les questions régaliennes comme l'arrêt de l'immigration de masse. Si le travail de construction de notre projet doit être enrichi, le député de l'Yonne souligne que « nous avons déjà un socle idéologique solide ».

Interrogé par un internaute sur la place de l'écologie dans le projet des Républicains, Guillaume Larrivé répond que « l'écologie est nécessairement dans un projet de droite parce que la droite a pour objectif de préserver ce qui a de la valeur, la planète en fait évidemment partie » avant de rappeler que « nous avions une mesure écologique très puissante dans notre projet européen, celle d'une barrière écologique aux portes de l'Union européenne. »

>> Revoir l'interview sur LeFigaro.fr

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition