10 octobre 2018

« Le char de l'État n'est plus, aujourd'hui, piloté ». Député les Républicains de l'Yonne et Secrétaire général délégué au projet, Guillaume Larrivé, invité, mercredi, de France Info, a marqué sa stupéfaction devant les « tergiversations et « hésitations » de l'exécutif confronté à un remaniement ministériel qui tarde.

« J'ai l'impression que ce gouvernement expédie les affaires courantes. On a une sorte de gouvernement fantôme qui est là tout en n'étant plus complètement là. Ce n'est pas sérieux », tacle Guillaume Larrivé, déplorant en particulier l'absence d'un vrai patron au ministère de l'Intérieur, non pas depuis une semaine mais « depuis seize mois ». Allusion à la présence par intermittence de Gérard Collomb, plus inquiet de son avenir personnel à Lyon que de sa mission de ministre d'État dédiée à la sécurité et à la protection des Français.

Et pour Guillaume Larrivé, le retard dans la nomination d'un nouveau ministre de l'Intérieur et du remaniement ministériel s'explique par le fait que le président de la République « n'est pas en situation de gérer tous les sujets tout le temps. Il a peu de ressources humaines au fond », tacle le député les Républicains de l'Yonne, remarquant au passage qu'Emmanuel Macron « contrairement à ce qu'il a laissé espérer ou croire en 2017, ce n'est pas la résurrection de Jules César ou de Jeanne d'Arc. Ce n'est pas une espèce de personnage tout puissant, omnipotent qui va trouver toutes les solutions tout de suite ».

Lors de cette interview, Guillaume Larrivé, en qualité de Secrétaire général délégué au projet des Républicains est revenu sur les propositions qu'il a formulées avec le président Laurent Wauquiez et Éric Woerth, président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, mardi dernier.

L'occasion d'expliquer l'obligation de travail et de cotisations pour les étrangers pendant trois ans avant une demande de prestation sociale. « C'est un principe qui consiste à considérer qu'il y a une logique de droit et de devoir, avant d'accéder à des prestations. C'est une vraie rupture, c'est vrai, et cela peut surprendre ceux qui ne veulent rien changer à rien », souligne-t-il.

Quant à la réforme des retraites qui est aujourd'hui au stade de préconisations faite par le Haut-Commissaire en charge de ce sujet, Guillaume Larrivé rappelle également les propositions des Républicains « totalement favorables à la suppression des régimes spéciaux ». Quant au montant des pensions de retraite, « il ne faut pas le baisser mais il faudra débattre sérieusement de l'allongement de l'âge de départ en retraite », estime le député de l'Yonne.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains