Gilles Lurton : « Depuis votre arrivée au gouvernement, ce sont toujours les mêmes qui trinquent : les familles et les retraités »

Publié le 24/09/2019

Alors que le gouvernement avait exprimé, ce lundi, sa volonté de réduire l'aide aux personnes âgées pour l'emploi à domicile, la levée de boucliers de nos élus, et notamment celle de Gilles Lurton, député d'Ille-et-Vilaine, lors des questions au gouvernement de ce mardi, a finalement fait reculer l'exécutif.

« Monsieur le Premier ministre, nous sommes tous conscients que nous devons faire des économies. Encore faut-il que les efforts soient justement répartis. Or, depuis votre arrivée au gouvernement, ce sont toujours les mêmes qui trinquent : les familles et les retraités. » C'est par ces mots que Gilles Lurton, député d'Ille-et-Vilaine, a interpellé le Premier ministre dans l'hémicycle lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi.

Le député de notre famille politique a ensuite passé en revue les mesures prises à l'encontre des retraités depuis l'élection d'Emmanuel Macron, à laquelle s'ajoute cette nouvelle mesure : « après une hausse inconsidérée de la CSG, une désindexation injuste des pensions de retraite par rapport à l'inflation, nous apprenons que vous envisagez de supprimer l'exonération fiscale de cotisations sociales pour les personnes âgées de plus de 70 ans qui emploient un salarié à domicile ».

Une décision intolérable aux yeux de Gilles Lurton, surtout dans une situation de plus en plus précaire pour nos aînés. « Depuis 2018, le pouvoir d'achat des retraités a baissé de 400€ par ménage et par an » a-t-il souligné, tout en dénonçant « le résultat de votre acharnement sur des retraités qui ont pourtant travaillé toute leur vie pour bénéficier de leur retraite ».

À cet acharnement continu et injustifié, Gilles Lurton ne veut pas ajouter « une telle mesure, qui va encourager le travail au noir et va remettre en cause tout le lien social entretenu auprès des personnes âgées. Pire, cette mesure va à l'encontre du maintien à domicile et de l'autonomie des personnes âgées auxquels nous tenons tous. Quel paradoxe ! »

L'occasion de rappeler quelques fondamentaux d'économie au gouvernement, à qui le député d'Ille-et-Vilaine, a donné un bon conseil : « vous feriez mieux de vous obstiner à réduire la dépense publique, qui depuis votre arrivée a augmenté de plus de 50 milliards d'euros ».

Gilles Lurton a conclu son intervention par une question claire lancée au Premier ministre : « faudra-t-il désormais attendre que les personnes âgées soient à l'agonie ou totalement dépendantes pour les soutenir ? »

Question à laquelle Edouard Philippe a immédiatement répondu en reculant : « j'ai entendu les inquiétudes. Je les partage. Cette décision aurait mérité une concertation beaucoup plus approfondie. Cette concertation n'a pas eu lieu. C'est la raison pour laquelle j'ai demandé à la ministre du Travail de renoncer à cette mesure. »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition