François-Xavier Bellamy à RTL : « Emmanuel Macron pousse les électeurs vers Marine Le Pen »

Publié le 24/05/2019

Invité de RTL ce vendredi, la tête de liste des Républicains aux élections européennes alerte de la stratégie d'Emmanuel Macron qui, en faisant la croisade contre Marine Le Pen, pousse en fait les électeurs vers elle. Il déplore également que « tout a été fait par l'exécutif pour que cette élection ne corresponde pas à la réalité des enjeux ».

« Qu'on nous juge sur nos projets, la clarté de nos engagements mais qu'on n'oblige pas les Français à se situer dans ce faux-débat, cette fausse alternative qui nourrit la monté de cette défiance ».

Invité ce vendredi de RTL, François-Xavier Bellamy a profité de ce dernier jour de campagne officielle pour de nouveau contester le « match » imposé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

« Emmanuel Macron pousse les électeurs vers Marine Le Pen», estime la tête de liste des Républicains alertant des conséquences de la stratégie présidentielle. « Depuis qu'il a commencé sa croisade, Marine Le Pen a augmenté dans les sondages. Et quand Emmanuel Macron dit qu'il va mettre toute son énergie à battre le FN, c'est exactement l'effet inverse qui se produit car il désigne Marine le Pen comme porte-voix légitime de tous ceux qui se sentent en colère contre la politique d'Emmanuel Macron et de son gouvernement », analyse François-Xavier Bellamy.

« Et quand, devant toutes les inquiétudes, les crises économique et sociale, migratoire, écologique, on dit aux Français qu'ils n'ont pas le choix, ils expriment leur colère ailleurs que dans les urnes, dans la rue. La crise de gilets jaunes est le résultat de cet espèce d'asphyxie du débat démocratique », déplore la tête de liste des Républicains.

Alors que l'Europe traverse une crise majeure, « nous avons besoin de l'Europe pour relever tous les défis de notre avenir. Mais pour que l'Europe soit efficace, il faut la refonder en profondeur », plaide-t-il, déplorant que tout a été fait par l'exécutif « pour que cette élection ne corresponde pas à la réalité de ces enjeux. Comme si la question était de répéter le match de la présidentielle, faire une sorte d'éternel troisième tour, comme si la vie démocratique pouvait se résumer à ce duel qui est effectivement un duo où chacun des partenaires se rend service l'un à l'autre », pointe François-Xavier Bellamy.

Pour lui, « les dangers ce ne sont pas les nationalismes mais leur cause, tout ce qui produit la montée de la défiance qui s'exprime partout en Europe et que j'ai entendu tout le long de cette campagne », estime le philosophe pour qui le Rassemblement national n'offre « aucune solution crédible face à la pression migratoire car il a voté contre tout ce qui pouvait renforcer l'Europe », pointe-t-il.

De même, il ne comprend pas les incohérences et les doubles discours entre Emmanuel Macron et sa tête de liste Nathalie Loiseau sur l'élargissement de l'Union européenne. « Dans son discours de Bucarest, il y a un an, Emmanuel Macron a dit qu'il fallait faire rentrer la Roumanie le plus rapidement possible dans l'espace Schengen. Comme dans ses discours de Trieste et de la Sorbonne, il a dit qu'il fallait élargir l'Union européenne aux pays Balkans », rappelle François-Xavier Bellamy. Et lorsque la tête de liste d'En Marche dément ces faits, celle des Républicains riposte : « Nathalie Loiseau a droit de dire qu'Emmanuel Macron a changé d'avis ou qu'elle n'est pas du même avis que le président de la République, mais elle n'a pas le droit de dire que je mens quand je rappelle des déclarations officielles du président de la République en exercice, lesquelles déclarations ont été effectuées alors qu'elle était ministre des Affaires européennes. Excusez du peu ! », lâche-t-il considérant qu'« on n'avait pas le droit d'attaquer ses concurrents en créant la confusion car cette confusion désespère les gens ».

Confiant que les Républicains avaient fait une « très belle campagne de terrain à la rencontre des Français et une campagne de propositions parce qu'on a besoin de parler d'Europe », François-Xavier Bellamy s'est dit « heureux du bel élan » qui s'est créé partout en France et des débats qui se sont instaurés lors de ses déplacements et réunions publiques.

« Il faut trouver des solutions concrètes qui permettent aux Français de retrouver confiance en leur avenir. C'est par-là que nous pourrons reconstruire notre vie démocratique et c'est le travail que nous avons fait dans cette campagne », conclut François-Xavier Bellamy.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

François-Xavier Bellamy à L'Opinion : « Le procès en extrémisme que subissent ceux qui ne sont pas d'accord avec M. Macron est inepte »

François-Xavier Bellamy à L'Opinion : « Le procès en extrémisme que subissent ceux qui ne sont pas d'accord avec M. Macron est inepte »

Published on 07/10/2019

« Si Mme Goulard considérait que le fait d'être sous le coup d'une enquête constituait un

Elections européennes : déclaration de Laurent Wauquiez

Elections européennes : déclaration de Laurent Wauquiez

Published on 26/05/2019

Seul le prononcé fait foi

Laurent Wauquiez à CNEWS : « La seule liste qui peut amener un autre choix, c'est celle de François-Xavier Bellamy »

Laurent Wauquiez à CNEWS : « La seule liste qui peut amener un autre choix, c'est celle de François-Xavier Bellamy »

Published on 24/05/2019

Invité jeudi soir de CNEWS, Laurent Wauquiez a invité les Français à participer au scrutin