François-Xavier Bellamy au Figaro : « Que fait la majorité contre l'islamisme radical qui prospère dans notre pays ? »

Publié le 19/02/2019

Invité du Talk Le Figaro, lundi, François-Xavier Bellamy a été interrogé sur le rassemblement contre l'antisémitisme qui aura lieu mardi, place de la République à Paris, et un peu partout en France. Celui qui mènera la liste des Républicains aux élections européennes juge que tous les élus doivent être bienvenus à ce rassemblement : « sur un sujet comme celui-ci, on n'a pas le droit de verser dans la polémique politicienne. Ce serait trop grave, alors que l'enjeu est tellement majeur, si on finissait par les réduire à des querelles de parti. »

Après l'agression verbale dont a fait l'objet Alain Finkielkraut en marge de l'acte 14 des gilets jaunes, François-Xavier Bellamy juge que « l'antisémitisme qui monte en France n'est pas directement lié aux gilets jaunes ». « Ce ne sont pas des gilets jaunes qui ont arraché l'arbre à la mémoire d'Ilan Halimi. ». « Ceux qui ont insulté Alain Finkielkraut n'ont pas grand-chose à voir avec l'artisan, le patron de PME, l'ouvrier local qui ont initié ce mouvement », juge-t-il encore.

Pour François-Xavier Bellamy, les insultes antisémites entendues samedi dernier à l'encontre d'Alain Finkielkraut et qui se sont accompagnées de slogans comme « la France est à nous », « ne relèvent pas de l'antisémitisme d'extrême droite mais bien d'un antisémitisme islamiste. Il n'y a pas d'ambiguïté. Pour pouvoir condamner le mal il faut pouvoir nommer le mal et savoir d’où il vient. Les fanatiques qui sont devant nous, aujourd’hui, ils ne sont pas issus de cette vieille souche d’antisémitisme qui a pu exister dans notre histoire, mais ils sont d’abord issus de cette mouvance islamiste ».

Celui qui conduira la liste de notre famille politique aux élections européennes en a d'ailleurs profité pour interpeller le gouvernement et la majorité au sujet de la lutte contre l'intégrisme islamiste : « mais que fait la majorité aujourd'hui contre l'islamisme radical qui prospère dans notre pays ? Que fait la majorité pour lutter contre les 3 400 étrangers radicalisés qui n'ont jamais été expulsés ? Que fait la majorité sur la nécessité de maintenir en France un consensus autour des valeurs de la République ? »

« Ce qu'on attend du président de la République, c'est qu'il nous dise ce qu'il compte faire sur le plan de l'action, et non pas sur le plan symbolique », ajoute François-Xavier Bellamy. Pour lui, « aucune marche ne suffira à remédier aux problèmes devant lesquels nous sommes aujourd'hui ». Citant un passage de La Défaite de la pensée d'Alain Finkielkraut, François-Xavier Bellamy rappelle que le philosophe « a été un des premiers à dénoncer cette crise de la culture qui aboutit à la violence que nous sommes en train de vivre ». Violence qui s'explique pour l'élu versaillais parce que « l'État baisse la tête devant les coups de force » comme ce fut le cas à Notre-Dame-des-Landes.

Interrogé enfin sur les élections européennes qui auront lieu le 26 mai prochain, François-Xavier Bellamy détaille sa vision pour notre continent : « je ne crois pas du tout, contrairement à Emmanuel Macron, qu'on puisse transférer une partie de notre souveraineté vers l'Europe. C'est une erreur massive, car il n'y a pas de peuple européen. Je crois que le bon modèle est une alliance de démocraties. » Et de rappeler que l'Europe remplit une fonction essentielle face à la crise migratoire « qui est devant nous » : celle de défendre nos frontières extérieures.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Gérard Larcher : « La réponse à la grande préoccupation des Français doit être celle du pouvoir d'achat »

Gérard Larcher : « La réponse à la grande préoccupation des Français doit être celle du pouvoir d'achat »

Published on 15/03/2019

Président du Sénat, Gérard Larcher était, ce jeudi, l'invité de LCI.

Droits de l'Homme et Union européenne : retour sur le douzième Rendez-vous des idées

Droits de l'Homme et Union européenne : retour sur le douzième Rendez-vous des idées

Published on 15/03/2019

Les nations, les États peuvent-ils se gouverner alors que la doctrine des droits de l'homm