François-Xavier Bellamy : « Dans le dossier des retraites, il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie »

Publié le 30/08/2019

Ce vendredi matin, François-Xavier Bellamy, député européen, était l'invité de France Info pour réagir à divers sujets d'actualité parmi lesquels la rentrée des classes et la réforme du baccalauréat, les résultats du G7, la réforme des retraites ou encore les débats entourant la légalisation de la PMA sans père.

Député européen mais avant tout professeur de philosophie, François-Xavier Bellamy était invité à réagir à la pré-rentrée des professeurs qui avait lieu ce vendredi matin. « La réforme du bac est difficile à aborder. Je ne la comprends pas. » C'est en ces termes que le député européen a débuté son interview. Une incompréhension qui s'explique par le fait que cette réforme « va à contre-sens de ce qui serait nécessaire pour les élèves. L'Education nationale ne parvient pas à transmettre les savoirs fondamentaux. Et pourtant, cette réforme diminue aussi la culture générale en rendant la spécialisation plus précoce. »

Autre source de préoccupation pour François-Xavier Bellamy : la situation des professeurs. « Nos enseignants se paupérisent. Il faut repenser notre système de ressources humaines. » Le repenser dans deux domaines principaux : l'affectation des professeurs mais aussi une meilleure allocation des moyens dans les postes qui sont face aux élèves. « Ce sont toujours les tous jeunes professeurs qui sont envoyés dans les zones difficiles. Cette aberration n'a toujours pas été corrigée. Et nous devons réinvestir les moyens sur le terrain plutôt que dans les strates administratives », souligne-t-il.

Interrogé sur la politique internationale, François-Xavier Bellamy a rappelé qu'il était « décisif que nous sortions de notre naïveté à l'égard de la Russie. Nous avons besoin d'une Europe qui soit capable de retisser le lien avec des pays avec qui nous ne sommes pas d'accord sur tout. Il est nécessaire de reconstruire un dialogue ». L'occasion également de commenter la tenue du G7 à Biarritz et de plaider pour une approche pragmatique. « Ce qui compte dans la diplomatie, ce sont les résultats. L'avenir nous dira si le G7 aura permis des avancées dans le dossier iranien ou dans la taxation des GAFA. »

En ce qui concerne le dossier de la réforme des retraites, le député européen explique que l'« on a du mal à comprendre ce qu'il se passe », rappelant que « la consultation aurait dû être menée par monsieur Delevoye » et qu'il est illogique de lancer « une phase de concertation après la présentation de la réforme ». Une incompréhension d'autant plus grande « que la question des retraites est cruciale » aux yeux de François-Xavier Bellamy. « Ce qui est fondamental, c'est que nous ayons une idée claire de ce que le gouvernement propose pour protéger notre système. Or, là, on ne voit pas où l'on va ». L'occasion de plaider pour un changement de politique sur ce dossier. « Il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie. Si l'on vit plus longtemps, il faut travailler plus longtemps, sauf à paupériser les retraités » a-t-il conclu.

Interrogé sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, François-Xavier Bellamy s'y est dit « très fermement opposé ». Pourquoi ? « C'est une question qui engage un choix de société majeur concernant notre rapport à la médecine et à notre propre corps. Le désir d'enfant est légitime mais ce désir doit-il trouver sa satisfaction quitte à aller au-delà de la médecine actuelle ? » a-t-il demandé. Le député européen a ensuite expliqué qu'il s'engagerait dans ce débat en allant  « manifester le 6 octobre prochain. Je veux prendre part au débat et j'espère qu'il sera respectueux et que nos élus seront nombreux à s'engager sur cette question ». 

Alors que la France a proposé la candidature de Sylvie Goulard comme Commissaire européenne, François-Xavier Bellamy qualifie ce choix de « très étonnant » puisqu'« elle avait elle-même choisi de démissionner en considérant que l'affaire des assistants parlementaires fragilisait sa position de ministre. Une affaire qui vous empêche d'être ministre en France ne vous empêche pas de devenir Commissaire européen ? » a-t-il demandé avant de conclure qu'il ne pourrait donc « pas soutenir cette nomination ».

Interrogé enfin sur l'élection à la présidence des Républicains qui aura lieu les 12 et 13 octobre prochains, François-Xavier Bellamy a expliqué n'avoir parrainé aucun candidat « parce que les trois ont été très présents pendant la campagne des européennes à mes côtés. Et quand on est président d'une délégation, il est de coutume de ne pas prendre parti » a-t-il déclaré en guise de conclusion. 

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Published on 28/08/2019

Ce mercredi matin, Jean Leonetti, président par intérim de notre famille politique et mair

Guillaume Peltier : « Que la droite redevienne le grand parti du travail et de l'ordre »

Guillaume Peltier : « Que la droite redevienne le grand parti du travail et de l'ordre »

Published on 18/06/2019

Guillaume Peltier, premier vice-président des Républicains et député de Loir-et-Cher, étai

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Published on 13/03/2019

Pour Gérard Cherpion, député des Vosges, les dernières négociations assurance-chômage qui