13 juin 2018

59 % des 650 enseignants sondés par l'IFOP estiment la laïcité en danger. Sans surprise, les situations problématiques rapportées sont : l'enseignement moral et civique, la mixité filles-garçons ou encore le temps de recueillement.

Plus alarmant encore est sans doute la fracture entre les écoles REP et hors REP. Une différence très nette se dessine entre les contestations dans les établissements relevant de l'éducation prioritaire et celle dans les établissements hors REP. Les mises en cause de la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux, en REP (label qui a succédé, en 2014, à celui de ZEP) sont plus que préoccupantes, qu'elles soient le fait d'élèves (34 % contre 9 % hors REP), de parents (22 % contre 8 %) ou même d'autres personnels de l'éducation (23 % contre 6 %). Selon ce sondage on rencontre également d'autres préoccupations autour des questions de restauration scolaire, de fêtes religieuses ou de sorties.

Plus du tiers de ces enseignants reconnaît s'être déjà autocensuré en classe pour éviter des incidents – plus de la moitié en éducation prioritaire...

Les mesurettes de Jean-Michel Blanquer sont clairement un échec. Pas surprenant étant donné qu'il s'est inscrit dans le vieux logiciel de gauche de l'enfilade de comités Théodule ! « conseil des Sages », « unités laïcité », « livret laïcité », « hot line » laïcité... ! Bref du vent face à un communautarisme islamique toujours plus agressif et prosélyte.

Pendant ce temps Emmanuel Macron se défile et repousse ses annonces sur les rapports entre l'Islam et la République...qu'il avait pourtant annoncé à grands coups de communication pour le premier semestre 2018. Aujourd'hui il est urgent d'attendre selon l'Elysée ! Idem pour les mères accompagnatrices voilées, les sages de LREM préfèrent le stand-by...les mères peuvent être voilées à condition de ne pas faire de prosélytisme religieux ! On croit rêver. Ont-ils seulement compris que le port du voile à l'école est déjà un acte prosélyte par nature ? Les enfants des familles qui ont fait le choix de ne pas exposer leurs convictions religieuses ou qui ne croient pas, sont-ils obligés de subir cet exhibitionnisme religieux pendant le temps scolaire ?

Les enseignants doivent être entendus dans leur souffrance et des solutions concrètes doivent leur être apportées face au prosélytisme islamique qui déstabilise nos institutions scolaires.

Seule des réponses claires et fermes face à ces provocations pourront endiguer le prosélytisme et le non-respect de notre idéal républicain.

Par son silence et son inaction, Emmanuel Macron continue de faire le jeu du communautarisme. Une inaction qui condamne à l'échec notre cohésion nationale et éloigne du creuset républicain une partie de la jeunesse.

Les Républicains demandent au Président de la République de clarifier sa position.

Lydia GUIROUS
Porte-parole Les Républicains

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains