Eric Woerth : « Les deux premières années du quinquennat n'ont pas été une réussite »

Publié le 12/06/2019

Eric Woerth, député de l'Oise et président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, était l'invité de France Info ce mercredi matin pour évoquer le discours de politique générale que le Premier ministre doit prononcer ce mercredi après-midi.

Pour Eric Woerth, le choix de son vote n'est pas encore arrêté avant d'avoir « écouter le discours que va prononcer le Premier ministre ». Le député de l'Oise souligne néanmoins que « force est de constater que les deux premières années n'ont pas été une réussite ». Et cet euphémisme, il le développe en constatant qu'il y a eu « un échec social, une impossibilité à réformer le pays et une inefficacité économique assez préoccupante » de la part du gouvernement.

Selon le président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, Edouard Philippe n'est pas, comme le font croire certains, « un Premier ministre de droite ». Eric Woerth, qui peine à définir le Premier ministre tellement son cap est flou, considère d'ailleurs que la seule qualification applicable est celle de « macroniste car tout tourne autour du président de la République ». Une omniprésence d'Emmanuel Macron que le député de l'Oise dénonce également après le premier discours de politique générale prononcé par Edouard Philippe : « je m'étais abstenu et j'ai été déçu car rien de ce qui avait été dit n'a été véritablement tenu. Les propos du Premier ministre avaient été ignorés en grande partie par le président de la République, notamment en ce qui concerne les calendriers de réforme ».

Interrogé à nouveau sur le vote de confiance, Eric Woerth confirme que la question de l'abstention peut être posée « si Edouard Philippe annonce un changement dans l'âge de départ à la retraite ou une réelle baisse de la dépense publique. La dépense de l'Etat a augmenté en 2018. La dette est plus importante que jamais. Ces sujets sont attentatoires au pouvoir d'achat des Français et la capacité à nos entreprises de résister. Tout cela est extrêmement grave ».

Et de conclure l'interview par un mot sur notre famille politique : « les Républicains doivent renaître de leurs cendres, redire nos valeurs fondamentales et reconquérir un espace politique. »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Guillaume Larrivé : « Dépenses publiques : réveillons-nous ! »

Guillaume Larrivé : « Dépenses publiques : réveillons-nous ! »

Published on 20/06/2019

Dans une tribune publiée dans Les Echos, Guillaume Larrivé, secrétaire général dé

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Published on 15/05/2019

La hausse des taxes sur les carburants a été l'un des facteurs déclencheurs de la crise de

Véronique Louwagie : « Le gouvernement doit faire des efforts pour réduire les dépenses publiques »

Véronique Louwagie : « Le gouvernement doit faire des efforts pour réduire les dépenses publiques »

Published on 14/05/2019

Véronique Louwagie, députée de l'Orne, estime qu'après les efforts consentis par les colle