13 septembre 2018

Député des Alpes-Maritimes et président de la Commission nationale d'investiture des Républicains (CNI), Éric Ciotti a réagi à l'annonce du plan prison présenté par la ministre de la Justice. « Nicole Belloubet fait du Christiane Taubira sans le dire », note Éric Ciotti pour qui ce plan essaye de trouver toutes les alternatives possibles aux peines d'emprisonnement et surtout ne réhabilite pas la sanction pénale par des peines réellement exécutées.

« Ce plan ne résoudra pas les problèmes de surpopulation carcérale en France et n'est pas à la hauteur des enjeux et de la grave crise qui enkyste notre système carcéral », juge le député "les Républicains" des Alpes-Maritimes soulignant l'absence « d'effort conséquent pour redresser une justice qui se trouve dans un état critique ».

Éric Ciotti cible plus précisément le nombre de nouvelles places de prison. « Lors de sa campagne, Emmanuel Macron avait promis la construction de 15.000 places de prison durant son quinquennat. L'objectif est finalement revu à la baisse avec 7000 places de prisons d'ici 2022. Cet objectif est désormais intenable étant donné le retard qui a déjà été pris par ce programme au point mort depuis le début du quinquennat. Enfin la faiblesse des créations d'emplois avec environ 1000 postes prévus en 2018, ne suffira pas à améliorer efficacement la situation », déplore Éric Ciotti qui avait défendu, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la loi de programmation du 27 mars 2012 relative à l'exécution des peines qui prévoyait de créer plus de 24. 000 places de prison supplémentaires à l'horizon 2017 et ainsi porter le total des places disponibles à 80.000.

Un plan prison que la ministre de la Justice, sous le quinquennat de François Hollande, Christiane Taubira, a torpillé, préférant, pour réponde au défi carcéral enjoindre aux parquets de ne pas requérir des peines de prison ferme pour les courtes peines.

Une idéologie que l'on retrouve dans ce nouveau plan prison qu'Éric Ciotti considère comme « néfaste ». « L'emprisonnement sera banni en dessous d'un mois: puisqu'on ne se donne pas les moyens d'emprisonner les délinquants, on préfère faire disparaître les peines ! Cette culture de l'excuse ne fera qu'accroître la délinquance et déprécie l'idée même de sanction et le sens de la peine, nécessaires dans un Etat de droit », tempête le député "les Républicains" des Alpes-Maritimes pour qui « Nicole Belloubet, telle le Bourgeois Gentilhomme, fait du Christiane Taubira sans le savoir ».

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains