31 décembre 2017

Les vœux d’Emmanuel Macron ont confirmé les deux formes d'art dans lesquelles excelle le Président de la République : l'autosatisfaction et l'enfoncement de portes ouvertes.

Autosatisfaction : car Emmanuel Macron nous a expliqué pendant de longues minutes que le changement était en marche et que tout allait bien car les Français avaient voté pour lui en mai... Circulez, il n'y a rien à voir. C'est un peu le retour du "moi je" de François Hollande, avec la même dose de prétention, de dissimulation et d'inaction. Pour Emmanuel Macron, le simple

fait d'avoir été élu est déjà un bilan dont les Français doivent se satisfaire. Fermez le ban! Jupiter est la « renaissance française » !

L'enfoncement de portes ouvertes : car toute son intervention, Emmanuel Macron nous a délivré un sermon creux et vide, autour de vieux serpents de mer comme la cohésion nationale, l'Universalisme, l'égalité, le Progrès, la Concorde. Bref nous avons assisté à un discours des plus mauvaises années du socialisme, où l'angélisme rivalise avec la fumisterie.

Aucune piste pour l'avenir, aucun plan d'action, des mots, rien que des mots, dans une atmosphère sinistre, à l'image de la vision qu'il a de cette France qui ne gagne pas selon lui et qu'il méprise.

Lydia GUIROUS
Porte-parole des Républicains

 

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains