17 juillet 2015

Les montants non remboursés par les pays étrangers pour la prise en charge d'une intervention médicale en France d'un de leur ressortissant avec un visa de tourisme accentuent la dette de notre système de santé.

Rien que pour l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris, ce sont près de 120 millions d'euros qui ne sont pas remboursés par les pays étrangers. Se faire soigner en France est possible dès lors que les organismes d'assurance maladie des pays règlent le coût de ces soins.

Alors que l'on demande à nos compatriotes de faire des efforts et de diminuer leurs dépenses de santé, d'avoir une mutuelle pour une meilleure prise en charge, le gouvernement ferme les yeux sur ce tourisme médical dans notre pays. Madame Touraine préfère détruire par sa nouvelle loi de santé et par la loi Macron notre système de santé publique et privé.

De plus, le projet de loi sur le renforcement du droit des étrangers qui va être débattu à l'Assemblée nationale met encore plus en lumière cette position gouvernementale en donnant aux étrangers la possibilité d'user davantage de notre système de soins. Actuellement, pour bénéficier de soins en France, le ressortissant étranger doit démontrer que les soins dont il a besoin sont complètement absents dans son pays d'origine. Avec ce nouveau projet de loi, il devra simplement démontrer que le système de santé publique de son pays d'origine n'est pas en capacité de lui fournir les soins dont il a besoin. Autrement dit, bien que les soins existent dans son pays il pourra malgré tout se faire soigner en France. Aucune étude d'impact n'a été réalisée concernant le coût de cette mesure.

Etant donné que notre système de santé publique est l'un des meilleurs au monde, nos hôpitaux seront potentiellement ouverts aux trois quarts de la planète.

Lors de son intervention du 14 juillet, François Hollande, dans de grandes tirades emplies d'égocentrisme diplomatique, voulait nous faire croire qu'il réglait tous les sujets, même celui de la dette grecque. Suggérons-lui de trouver la solution pour obtenir le remboursement de la dette sociale des pays tiers. Ce n'est pas en citant le Général de Gaulle que l'on devient un héros des temps modernes. Il oublie qu'avec tous les responsables politiques socialistes précédents ils n'ont eu de cesse de combattre sa politique. François Hollande devrait se rappeler que c'est le Général de Gaulle qui a mis en place la sécurité sociale et le ministère de la coopération qui permettait de soutenir le développement des outils de santé à l'étranger. Depuis 2012, ce ministère n'existe plus.

Claude GREFF
Déléguée aux Affaires sociales
Députée d'Indre-et-Loire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains