27 juin 2018

Dans son rapport sur les perspectives des finances publiques dévoilé aujourd'hui, la Cour des comptes émet des doutes sur l'équilibre financier du quinquennat d'Emmanuel Macron et confirme ainsi les nombreuses mises en garde que nous avons faites sur le sujet.

Basé sur une croissance à 2%, malgré une hypothèse de l'INSEE à 1,7%, le rythme de baisse du déficit public risque d'être inatteignable. L'augmentation massive des impôts de 4,5 milliards € en 2018 a de toute évidence engendré une forte diminution du pouvoir d'achat et donc une baisse de la croissance. Comment aurait-il pu en être autrement ? Inutile d'être capé en économie pour comprendre ce mécanisme délétère. Insouciance, mensonge ou négligence d'un banquier d'affaire ancien ministre de l'économie ?

Autre point d'inquiétude : les promesses d'Emmanuel Macron comme la suppression totale de la taxe d'habitation et la reprise de la dette de la SNCF n'ont pas été budgétées. Le Président aurait-il menti aux Français ? Les a-t-il bercés d'une mélodie démagogique comme il sait si bien faire ? La réponse est aujourd'hui dans les chiffres.

Après le laborieux quinquennat de François Hollande, Emmanuel Macron utilise les mêmes recettes, les mêmes méthodes : plus de dépenses pour plus d'impôts. D'ailleurs, François Hollande le disait lui- même : « Ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui paye... » et bien non ce sont les Français !

Laurence SAILLIET
Porte-parole

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains