Daniel Fasquelle à LCP : « Le pays est fracassé »

Publié le 10/04/2019

Invité ce mercredi après-midi de LCP, Daniel Fasquelle, Trésorier national des Républicains, a fustigé le comportement de l'exécutif et de la majorité qui « n'écoutent rien ». Un comportement qui est, selon lui, à l'origine de la « situation politique inédite » que vit notre pays.

« Le grand débat, mardi à l'Assemblé nationale, c'était le grand n'importe quoi ! » Invité ce mercredi après-midi de LCP, Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais, a trouvé « pathétique » la prestation du Premier ministre « qui a pris la parole devant les députés alors que ce n'est pas lui qui va donner les conclusions du grand débat. C'est au président de la République de présenter ses propositions et au Premier ministre de venir les décliner à l'Assemblée nationale », rectifie le Trésorier national des Républicains.

Alors que le pays est « fracassé », qu'il se trouve dans une « impasse politique » , que « les tensions n'ont jamais été aussi fortes », Daniel Fasquelle espère que le président de la République et le gouvernement qui « ne savent plus quelle direction prendre » sauront « tirer les conséquences de cette crise politique inédite ».

Et dans les ferments de cette crise politique, le député du Pas-de-Calais y décèle le dédain et l'absence d'écoute du gouvernement et de la majorité sur les principales attentes des Français, notamment du pouvoir d'achat. « Nous avons dénoncé la hausse de la CSG, les atteintes au pouvoir d'achat des retraités, nous nous sommes opposés à la refiscalisation des heures supplémentaires. Vous allez devoir défaire toute la politique, toutes les erreurs que vous avez commises depuis deux ans et que nous avons dénoncées », prédit Daniel Fasquelle.

Et pour mieux signifier l'absence d'écoute de l'exécutif et de la majorité parlementaire, Daniel Fasquelle a évoqué l'initiative parlementaire transpartisane visant à demander un référendum d'initiative partagée (RIP) contre la privatisation d'Aéroport de Paris (ADP) prévue par la loi PACTE. « C'est le gouvernement qui a créé cette situation. À de nombreuses reprises, que cela soit dans l'hémicycle ou en commission, nous avons dénoncé cette privatisation d'ADP qui n'a aucun sens », argue Daniel Fasquelle pour qui c'est une « erreur stratégique majeure » car, précise-t-il, « lorsqu'on parle d'Aéroport de Paris il s'agit du leader mondial dans ce secteur. ADP c'est Roissy-Charles de Gaulle, Orly mais également beaucoup de participations dans d'autres aéroports dans le monde. On va se séparer d'un leader mondial dans un secteur qui est en plein développement », constate, sidéré, Daniel Fasquelle.

En plus de cette erreur stratégique, Daniel Fasquelle dénonce également une « erreur d'aménagement du territoire car ADP est le premier propriétaire foncier d'Île-de-France ». Mais aussi une « erreur budgétaire et financière » car, explique-t-il, « le gouvernement va vendre ADP et la Française des Jeux pour créer un fonds de soutien à l'innovation qui génèrera 250 millions d'euros par an, soit une somme inférieure à celle des dividendes que l'État français perçoit aujourd'hui d'ADP ! On va refaire la même erreur qu'avec les autoroutes », dénonce le Trésorier national des Républicains.

Soulignant que l'année dernière, réunies à Sydney, les compagnies aériennes du monde entier ont mis en garde les pays contre la privatisation des aéroports « car si le service n'est pas meilleur, les taxes augmentent de façon sensible », Daniel Fasquelle déplore une « situation inédite parce que le gouvernement n'écoute rien ». « Le Sénat s'est opposé. Nous étions tous contre sur les bancs de l'Assemblée nationale à l'exception de La République en Marche. La majorité n'écoute rien, elle n'écoute pas les Français, elle n'écoute pas les parlementaires de l'opposition », se désole Daniel Fasquelle rappelant que, depuis deux ans, l'opposition « tire la sonnette d'alarme » sur de nombreux sujets dont celui de la pression fiscale. 

« Au lieu de s'obstiner, la majorité aurait mieux fait d'écouter l'ensemble des oppositions », note Daniel Fasquelle précisant que les Républicains « ont saisi le Conseil constitutionnel parce que nous estimons que cela n'est pas conforme à la constitution que de créer un monopole de fait et qu'il y a également un problème lié au droit à la concurrence. Si le Conseil constitutionnel censure la privatisation d'ADP, le référendum n'aura pas besoin d'avoir lieu », conclut-il. 

>> Revoir l'interview sur LCP.fr

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Christian Jacob au Figaro : « Emmanuel Macron propose un marché de dupes »

Christian Jacob au Figaro : « Emmanuel Macron propose un marché de dupes »

Published on 29/04/2019

Le président du groupe LR à l'Assemblée dresse un constat sans concession après les annonces du chef de l'État, jeudi

François-Xavier Bellamy : « Notre devoir est de transmettre cet héritage comme nous l'avons reçu »

François-Xavier Bellamy : « Notre devoir est de transmettre cet héritage comme nous l'avons reçu »

Published on 19/04/2019

Vendredi, François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux élections européenne