Constance Le Grip : « L'exécutif s'est livré à une opération d'escamotage du débat européen »

Publié le 14/05/2019

Invitée de CNEWS, Constance Le Grip, députée des Hauts-de-Seine et ancienne députée européenne, s'inquiète des sondages sur la faible participation au scrutin européen du 26 mai. Pour elle, la faute revient à Emmanuel Macron et à La République en Marche qui, en transformant le scrutin en listes nationales se sont livrés à une opération d'escamotage du débat européen.

Malgré 34 listes déclarées, les prochaines élections européennes, le 26 mai prochain, ne semblent pas intéresser les Français, des sondages indiquant à moins de 2 semaines du scrutin 57 % de participation. « Cela reste inquiétant et très décevant », confie Constance Le Grip, députée des Hauts-de-Seine et ancienne députée européenne.

Cette désaffection, Constance Le Grip, en charge des Affaires européennes dans l'équipe thématique des Républicains, la met sur le compte de la décision de l'exécutif et de La République en Marche qui ont transformé le scrutin de listes régionales en scrutin de listes nationales. « Ils nous ont expliqué que cela serait formidable. Que le retour à une liste nationale, d'une France à une seule circonscription allait permettre plus de participation, plus d'intérêt, plus de débats démocratiques, pluralistes, contradictoires. Non seulement ce retour à une liste nationale n'apporte aucun regain d'intérêt de la part de nos compatriotes mais, plus grave, la nationalisation du débat, voulue par le président de la République et En Marche écrase la confrontation des idées, des débats européens », déplore Constance Le Grip dénonçant de la part d'Emmanuel Macron, de son gouvernement et de la majorité présidentielle « une opération d'escamotage du débat sur les vrais enjeux et vrais débat européens ».

Interrogée sur la politique de l'Union européenne en matière de lutte contre l'immigration, Constance Le Grip a visé le « discours embrouillé, confus » de la République en Marche et de Nathalie Loiseau pour mieux mettre en avant les propositions « claires » et « concrètes » des Républicains. Comme celles de la mise en place d'une double-frontière européenne et française, le triplement du budget de l'agence Frontex, la création d'un « véritable corps » de garde-frontières et garde-côtes, « non en recrutant des fonctionnaires européens supplémentaires mais en mettant en commun des effectifs de douaniers », souligne Constance Le Grip.

« L'immigration, la régulation des flux migratoires, la protection des frontières, la lutte contre l'immigration clandestine, l'accueil des demandeurs d'asile est un sujet qui doit être également géré au niveau européen. Nos propositions vont plus loin que ce que timidement l'Union européenne, sous les coups de boutoir de la crise migratoire de 2015, essaye de faire », ajoute la députée des Hauts-de-Seine déplorant que l'« absence de convergences de vue « entre grands États » n'a pas encore permis l'émergence d'un accord « sur un vrai contrôle de nos frontières extérieures et un vrai régime d'asile et d'immigration ».

À la veille de l'hommage national rendu ce mardi matin à Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, les deux membres du commando Hubert tués dans le nord du Burkina Faso lors d'une opération qui a permis la libération de quatre otages, dont deux Français, Constance Le Grip, au nom des Républicains, a tenu à saluer leur mémoire. « Ce dramatique évènement doit amener chacun à prendre conscience de ses responsabilités, à tout moment. Il y a une éthique de la responsabilité à avoir parce qu'il y a des hommes et des femmes qui assurent notre sécurité et qui, au péril de leur vie, vont jusqu'au bout de la mission qui leur est assignée », souligne-t-elle.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Jean Leonetti à Europe 1 : « Le projet européen des Républicains est le plus crédible et le plus utile »

Jean Leonetti à Europe 1 : « Le projet européen des Républicains est le plus crédible et le plus utile »

Published on 20/05/2019

Vice-président délégué des Républicains, Jean Leonetti, invité ce dimanche d'Europe 1, se

Geoffroy Didier à LCI : « En Marche : une liste de socialistes recyclés »

Geoffroy Didier à LCI : « En Marche : une liste de socialistes recyclés »

Published on 20/05/2019

Directeur de la campagne des Républicains aux élections européennes, Geoffroy Didier était

François-Xavier Bellamy : « Faire monter l'extrême-droite comme le fait Emmanuel Macron est une stratégie cynique »

François-Xavier Bellamy : « Faire monter l'extrême-droite comme le fait Emmanuel Macron est une stratégie cynique »

Published on 20/05/2019

Tête de liste des Républicains aux élections européennes, François-Xavier Bellamy était l'