27 janvier 2018

« Je m'engage à construire avec vous ce nouveau projet pour la République, pour la France »

Centriste, ancien membre de l'UDF, membre fondateur de l'UMP, Jean Léonetti, le maire "les Républicains" d'Antibes (Alpes-Maritimes), symbolise la diversité de notre famille politique.

Et aux yeux de celui qui est également le tout nouveau président du Conseil national « la diversité de ce mouvement est un gage d'unité. La diversité n'exclut pas la loyauté. Et la loyauté c'est défendre à fond ses convictions et à la fin accepter la règle de la majorité », confie celui qui a participé à de nombreux débats au sein de notre famille politique, parfois avec succès, parfois un peu moins. « J'ai le sens de la famille. On gagne ensemble, on perd ensemble et on continue ensemble », relève celui qui entend prendre toute sa part pour redresser notre mouvement.

Estimant qu'il y avait « beaucoup plus de sujets qui nous rassemblent que ceux qui nous divisent », Jean Léonetti a expliqué aux Conseillers nationaux les raisons pour lesquelles il avait accepté « avec enthousiasme » la présidence du Conseil national. « Un centriste ne peut se satisfaire que l'on prenne, comme le fait actuellement l'exécutif, l'argent des plus modestes pour alléger les impôts des plus fortunés », ajuste Jean Léonetti qui considère par ailleurs, autre raison de son engagement « que le Front national est un danger pour notre famille. Une sortie de l'euro serait la ruine des épargnants. Laurent Wauquiez est le meilleur rempart contre les extrêmes », considère-t-il.

S'enthousiasmant de porter avec l'ensemble de l'équipe dirigeante « un projet nouveau qui va faire tomber des tabous », Jean Léonetti a invité les Conseillers nationaux à participer à ce débat d'idées. « Vous en serez les ambassadeurs, les défenseurs. Les idées qui dérangent doivent apparaître. Il faut ouvrir tous les champs du possible car c'est la seule voie de l'espérance. Nous avons le devoir de l'audace. Et le combat des idées doit se substituer à celui des chefs », ajuste-t-il.

Et dans les débats, Jean Léonetti n'oublie pas de mentionner ce qui sera l'un des prochains enjeux électoraux : l'Europe. « Nous aimons l'Europe. Nous devons nous mettre en ordre de bataille. Il ne faut pas laisser filer une Europe qui ne ressemble en rien à l'idée des pères fondateurs », prévient Jean Léonetti qui propose de « resserrer le cercle fondateur ».

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains