24 novembre 2016

Les chiffres du chômage pour le mois d’octobre viennent d’être publiés. Ce sont ainsi 11.700 demandeurs d’emploi en moins pour la catégorie A.

La baisse des demandeurs d’emploi ne peut être qu’une bonne nouvelle pour la France, et surtout pour les personnes touchées par le fléau que représente le chômage. Malheureusement, cette baisse est un leurre. Elle est liée au fonctionnement à plein régime des dispositifs (très) nombreux et (très) variés mis en place par le Gouvernement : plan 500.000, emplois d’avenir, primes d’embauche, contrats aidés, mais aussi radiations et transferts de personnes de catégorie en catégorie.

 

En clair, le Gouvernement gaspille l’argent public en grande quantité pour tenter de faire baisser le chômage sur ces derniers mois et assurer un avenir non pas aux Français, mais au futur candidat François Hollande.

 

Il y a lieu de s’inquiéter. En premier lieu car ce sont des dispositifs non pérennes, sans aucune réforme de fond. En second lieu car le Gouvernement, bloqué par son obligation de respecter la baisse du déficit, est déjà en train de couper les vannes : interdiction de signer de nouveaux emplois d’avenir, non-financement du plan 500.000, etc.

 

Enfin, ces chiffres sont les derniers avant la déclaration de candidature imminente de François Hollande. Il est donc temps de faire un bilan de son quinquennat catastrophique. Depuis 2012, Pole Emploi a recensé plus de 600.000 nouveaux demandeurs d’impôt pour la seule catégorie A, plus d’1,1 millions de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C. Celui qui avait promis la baisse du chômage en 2013, en 2014, en 2015 et en 2016 a trompé les Français, ce d’autant plus que le quinquennat n’a pas été marqué par une crise économique au contraire du précédent, mais bien par une période de croissance, dont l’économie mondiale a profité, sauf la France.

 

Celui qui avait indexé sa candidature sur la baisse du chômage est donc illégitime pour se représenter en 2017. Si les militants socialistes ne le sanctionnent pas lors de leur primaire, les Français le feront en mai 2017.

Gérard CHERPION

Député des Vosges

Secrétaire national en charge du Travail et de l’Emploi

 

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains