Bruno Retailleau : « Ne doutons pas de nous-mêmes »

Publié le 02/07/2019

Bruno Retailleau, président du groupe les Républicains au Sénat et sénateur de la Vendée, était l'invité des 4 Vérités ce mardi matin pour réagir à l'actualité européenne et au futur de notre mouvement.

Alors que les négociations pour les postes-clés de l'Union européenne sont dans une impasse, Bruno Retailleau a dénoncé le comportement du président de la République : « Emmanuel Macron a été trop arrogant, il a agacé les autres chefs d'Etat ». Le président du groupe les Républicains au Sénat a également déploré qu'« il n'y ait plus de leadership ni de couple franco-allemand », qui agissaient comme deux moteurs au sein des institutions européennes. Alors que plusieurs noms sont évoqués pour prendre la tête de la Commission européenne, Bruno Retailleau considère que « le président de la Commission doit être évidemment issu du premier groupe au Parlement européen, le PPE », appelant « la démocratie à mettre le point final à ces tractations politiciennes ».

Autre actualité européenne à laquelle le sénateur de la Vendée a réagi : l'accord de libre-échange UE-Mercosur. Pour Bruno Retailleau, il s'agit d'« une double capitulation, une capitulation sociale et environnementale ». Une capitulation sociale parce que « c'est un plan social géant qui va détruire de nombreux emplois » explique-t-il, prenant exemple sur la filière des poulets dans sa région Pays de la Loire. Et une capitulation environnementale parce que « nous allons faire entrer sur notre marché des produits qui sont fabriqués avec des substances que nous interdisons chez nous », notamment du poulet nourri avec des farines animales, souligne-t-il. L'occasion d'appeler solennellement le président de la République à « mettre son veto sur ce traité ». Bruno Retailleau a également dénoncé « le logiciel de la mondialisation heureuse qui appartient au passé », et dans lequel Emmanuel Macron est encore, et a appelé à « tourner cette page ».

Invité à commenter la sortie du livre Passions de Nicolas Sarkozy, Bruno Retailleau a rappelé que l'ancien chef de l'Etat ne souhaitait pas revenir en politique et en a profité pour faire une mise au point : « la nostalgie de Nicolas Sarkozy en dit beaucoup sur la santé de notre famille politique. Il ne faut pas regarder le futur dans le rétroviseur. Inventons l'avenir et soyons à la hauteur d'enjeux importants comme le chômage de masse, le modèle social ou encore l'environnement. Nous devons prendre nos responsabilités et créer notre propre logiciel ».

Un nouveau logiciel que Bruno Retailleau veut baser sur des convictions fortes : « la liberté économique et l'autorité de l'Etat, la fierté et l'identité française ». Et s'il met en garde notre famille politique en disant qu'il faut « tout changer pour ne pas mourir », il conclut son intervention en demandant : « ne doutons pas de nous-mêmes ! »

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Une nouvelle équipe dirigeante pour incarner l'alternance

Une nouvelle équipe dirigeante pour incarner l'alternance

Published on 23/10/2019

Ce mercredi matin, à l'issue du premier bureau politique de sa présidence, Christian Jacob

Proclamation des résultats de l'élection du président

Proclamation des résultats de l'élection du président

Published on 16/10/2019

La Haute Autorité du Mouvement « Les Républicains »,

Christian Jacob : « Nous avons des fondamentaux solides »

Christian Jacob : « Nous avons des fondamentaux solides »

Published on 14/10/2019

Ce lundi matin, au lendemain de son élection à la tête de notre famille politique, Christi