17 mai 2017

Le renouveau attendra. Et l'effet de surprise aussi. Le 1er gouvernement de l'ère Macron consacre en priorité les alliés de gauche du président : Collomp, Le Drian, Ferrand, Castaner. Ils se partagent les ministères régaliens et stratégiques. Bayrou et Marielle de Sarnez sont eux aussi récompensés. Elus à Pau et à Paris avec les voix de la droite, les deux dirigeants du Modem prouvent que le cynisme paie en politique.

Aux ralliés de droite, Emmanuel Macron a confié les « emmerdements » : Matignon, l'économie et les comptes publics. Ils sont les otages de Bercy, en somme. On connait déjà le nom de ceux qui sauteront les premiers en cas d'échec ! Les voilà prévenus.

Les personnalités issues de la société civile ne sont pas connues du grand public, et ce n'est d'ailleurs pas un défaut ; à l'exception notable de Nicolas Hulot, même si ce dernier aura du mal à se faire passer pour un novice en politique. Il faudra donc les juger sur pièce.

« Tout ça pour ça », aurait-on envie de dire au terme de ce feuilleton politique dont on nous promettait un dénouement haletant.

Brigitte KUSTER
Porte-parole des Républicains

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains