Brice Hortefeux à LCI : « L'Europe n'est pas une option »

Publié le 15/05/2019

À 11 jours des élections européennes, Brice Hortefeux défend le projet, la vision et l'ambition de la liste des Républicains aux élections européennes. L'occasion de fustiger Emmanuel Macron et Marine Le Pen, « les frères siamois de la vie politique car le Rassemblement national est l'assurance durée d'Emmanuel Macron ».

« Il y a incontestablement un effet les Républicains avec Laurent Wauquiez qui a eu le courage et la responsabilité de choisir un candidat, François-Xavier Bellamy, qui suscite l'adhésion car il a la clarté des convictions et la volonté de ne pas reculer ».

Député européen et conseiller politique de Laurent Wauquiez, Brice Hortefeux a salué ce mercredi, sur LCI, la « belle dynamique » enregistrée par la liste des Républicains aux élections européennes du 26 mai prochain. Mais également le travail inlassable de Laurent Wauquiez qui, depuis janvier 2018, s'attèle à la refondation des Républicains pour en faire une famille politique unie et rassemblée. À l'image de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, Christian Estrosi, maire de Nice, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Arnaud Robinet, maire de Reims, qui apportent leurs soutiens à la liste conduite par François-Xavier Bellamy.

L'occasion pour l'ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, à l'occasion du scrutin européen, d'« adresser un signe à tous ceux qui se sont portés de manière sincère et qui ont placé un espoir en Emmanuel Macron et qui ont été abusés. Abusés sur le rôle de la France en Europe, sur les résultats du chômage, de la dépense publique, sur la dette, sur la croissance ».

« Après le désastre de 2017, nous étions dans une situation difficile. Il nous a fallu reconstruire une famille politique et surtout répondre à la seule chose qui compte : est-on utile ? », analyse Brice Hortefeux. « Aujourd'hui, les Républicains ont une utilité car nous croyons à l'engagement européen, que l'Europe n'est pas une option et que c'est notre intérêt. Nous considérons que l'Europe est utile, qu'elle est un acquis, que la France a besoin de l'Europe pour ne pas disparaître face à l'émergence des nouvelles puissances », argumente le député européen, fervent défenseur de l'Europe et de l'euro. « Car, souligne-t-il, s'il n'y avait pas l'euro, il y aurait régulièrement des dévaluations. Et quand le Rassemblement national ou Debout la France disent dans leurs programmes « changement de gouvernance monétaire», cela veut dire remise en cause de l'euro, risque de dévaluation. Et dévaluation, cela veut dire ruine des épargnants et des retraités », prévient Brice Hortefeux soulignant que « l'euro empêche la ruine des retraités et des épargnants ».

À 11 jours des élections européennes, le député européen, invitant à voter pour la liste de l'Union de la droite et du centre menée par les Républicains et le Nouveau Centre, dénonce le duel « mortifère » entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. « Emmanuel Macron s'appuie sur le Rassemblement national. C'est donc un faux duel et un vrai duo. Ce sont les frères siamois de la vie politique car le Rassemblement national est l'assurance durée d'Emmanuel Macron. Raison pour laquelle il essaye d'étouffer le débat », note Brice Hortefeux.

Au lendemain de l'hommage national rendu aux deux membres des forces spéciales tués en libérant des otages au Burkina Faso, si Brice Hortefeux réaffirme le principe selon lequel « il faut bien sûr tout mettre en oeuvre pour prévenir, secourir et libérer nos compatriotes quand ils sont pris en otage », le député européen, face aux réalités d'une partie de l'Afrique où la France a perdu 28 soldats, le député européen veut « mettre fin à l'irresponsabilité de certains ».
À ceux qui prennent des risques, vont dans les zones dangereuses et déconseillées par le ministère des Affaires étrangères, Brice Hortefeux propose qu'ils « signent une décharge et qu'ils assument leurs responsabilités ». Tout en faisant bien le distinguo entre ceux pris en otage lors d'une mission humanitaire, une mission militaire et ceux à l'occasion d'une visite touristique. « Il ne faut pas rester dans ce que nous connaissons aujourd'hui », estime le député européen qui propose également que « ceux qui ont bénéficié de la solidarité, malheureusement dans des conditions dramatiques, pourraient assumer des travaux d'intérêt général en contrepartie ». Brice Hortefeux, plaidant pour une réponse juridique (loi, texte, décret...) en appelle également à la responsabilisation des agences de voyages.

Alors que la France est l'un des rares pays européens capable d'envoyer des commandos d'élite pour récupérer des compatriotes, la question d'une armée européenne, d'une Europe de la Défense remonte à la surface à l'occasion de la campagne des élections européennes. « Dans l'Europe actuelle, celle d'une Europe à 28, il n'y a que deux pays qui sont en capacité d'intervenir : la France et l'Angleterre. C'est donc un duo mais avec le Brexit nous risquons d'être seuls », relève l'ancien ministre de l'Intérieur. Quant à l'Europe de la Défense, « le mot, la sonorité est sympathique mais je doute de la réalité de l'application », relève le député européen qui milite plutôt pour une « contribution financière plus importante d'autres partenaires européens qui bénéficient de la protection française. Si l'objectif est ambitieux, l'application doit être réaliste », ajuste-t-il.

>> Revoir l'interview sur LCI.fr

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Jean Leonetti à Europe 1 : « Le projet européen des Républicains est le plus crédible et le plus utile »

Jean Leonetti à Europe 1 : « Le projet européen des Républicains est le plus crédible et le plus utile »

Published on 20/05/2019

Vice-président délégué des Républicains, Jean Leonetti, invité ce dimanche d'Europe 1, se

Geoffroy Didier à LCI : « En Marche : une liste de socialistes recyclés »

Geoffroy Didier à LCI : « En Marche : une liste de socialistes recyclés »

Published on 20/05/2019

Directeur de la campagne des Républicains aux élections européennes, Geoffroy Didier était

François-Xavier Bellamy : « Faire monter l'extrême-droite comme le fait Emmanuel Macron est une stratégie cynique »

François-Xavier Bellamy : « Faire monter l'extrême-droite comme le fait Emmanuel Macron est une stratégie cynique »

Published on 20/05/2019

Tête de liste des Républicains aux élections européennes, François-Xavier Bellamy était l'