15 mars 2017

« A cinq semaines du premier tour de l'élection présidentielle, nous avons pour devoir de parler du fond, des problèmes qui concernent nos compatriotes, notre pays et notre avenir commun ».

Comme il le confiait le matin même dans une interview publiée par les journaux du groupe EBRA (Est et Sud Est de la France), Bernard Accoyer, Secrétaire général des Républicains, a souligné ce mardi midi, au micro de France Info, combien « la priorité, maintenant, c'est de parler du fond. Ce qui devient insupportable pour les Français, c'est qu'au lieu des questions qui touchent les Français que sont le chômage, la sécurité, les régimes sociaux, la baisse de compétitivité de notre pays, l'avenir de notre économie, on continue de parler de quelque chose qui est maintenant totalement dans les mains de la justice », considère le député-maire d'Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie) s'inquiétant que « les Français soient privés du débat essentiel de l'élection présidentielle ».

« Cette campagne ne ressemble à aucune autre et ce n'est pas particulier à la France », remarque le Secrétaire général des Républicains qui met toute son énergie et celle de notre formation politique pour « dépasser cette opération qui ne s'est pas déclenchée par hasard et qui a consisté à chercher à déstabiliser le candidat de la droite et du centre pourtant victorieux d'une Primaire qui a rassemblé plus de 4 millions de personnes à chacun des deux tours. Il faut maintenant aller au fond des questions qui concernent les Français et non pas de rentrer dans ce piège qui consiste à donner corps à ce qui restera, c'est certain, une opération déclenchée par une volonté politique à un moment précis d'une campagne essentielle pour l'avenir de notre pays », insiste Bernard Accoyer.

Evoquant le projet politique que François Fillon a présenté lundi dernier, « c'est le seul programme qui soit susceptible de prendre en compte et de corriger les situations particulièrement graves dans lesquelles se trouve notre pays. Seul François Fillon présente un projet porteur d'espérance qui rompt avec la politique de François Hollande », juge Bernard Accoyer. François Fillon est « le seul à pouvoir battre et le candidat de la gauche, Emmanuel Macron, l'héritier de François Hollande et de son échec patent, et la candidate de l'extrême droite, Marine Le Pen dont le projet serait une catastrophe immédiate pour le pays et le pouvoir d'achat des familles ».

Bernard Accoyer a également salué et encouragé toutes les forces vives, élus, cadres, militants, sympathisants, bénévoles de notre formation politique qui se sont agrégés autour de François Fillon pour faire gagner son projet et nos valeurs.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains