17 octobre 2018

Intervention d'Emmanuel Macron, remaniement ministériel, élections internes des Républicains... Secrétaire générale des Républicains, 1ère vice-présidente de l'Assemblée nationale et députée du Doubs, Annie Genevard a réagi à l'actualité ce mercredi matin dans la matinale de l'Opinion.

Au lendemain de l'intervention du président de la République, la Secrétaire générale des Républicains cherche encore la signification profonde de ses propos. « Il n'a pas parlé du sens qu'il donnait à ce remaniement et surtout il n'a pas livré la feuille de route assignée à ce Gouvernement », note Annie Genevard, retenant ce « curieux sentiment » que le président de la République laisse disant « avoir compris le message des Français mais qui dit qu'il ne changera rien ».

Sur la forme, elle explique ainsi l'intervention d'Emmanuel Macron : « il dévisse tellement dans les sondages que je pense qu'il a cédé à son entourage et aux Français car on ne comprenait plus rien à ce président. Un président jupitérien qui se livre à des selfies qui sont tout sauf gratifiants pour la fonction qu'il exerce. Un président empathique mais qui se montre méprisant avec les Français. Des choix politiques dont on ne perçoit plus la cohérence... »

Quant à la nomination de Franck Riester au ministère de la Culture : « Il ne fait plus partie de notre famille politique. Il a fondé un parti dont la principale vocation est de taper matin, midi et soir sur sa famille politique d'origine ! (...) Il a fait le choix de se tourner avec bienveillance vers La République en Marche. Il appartient désormais à la majorité », tacle Annie Genevard.

Et sur la politique menée par Emmanuel Macron, « nous ne voyons rien de droite dans ce gouvernement ! La politique conduite n'est pas une politique que nous conduirions », souligne la députée les Républicains du Doubs, qui prend exemple sur le projet de budget 2019 marqué par « plus de dettes, plus d'impôts, plus de prélèvements, plus de dépenses publiques mais pas de baisse des dépenses au niveau structurel. Quant aux 6 milliards en pouvoir d'achat promis aux Français, ils n'y sont pas », souligne la Secrétaire générale des Républicains.

Interrogée sur la nomination de Christophe Castaner au ministère de l'Intérieur, « il n'est pas connu pour être un spécialiste des questions de terrorisme et de sécurité. Il est d'avantage un homme politique, proche d'Emmanuel Macron et il est nommé parce que des sujets politiques vont venir sur le bureau du ministre de l'Intérieur », remarque Annie Genevard. Allusion aux attributions politiques du nouveau ministre de l'Intérieur qui « découpera les circonscriptions dans le cadre de la réduction du nombre de parlementaires. »

Élu présidente de la fédération les Républicains du Doubs ce samedi, Annie Genevard est revenue sur les élections internes qui ont animé la vie des Républicains ce week-end avec l'élection des présidents des fédérations, des membres du Conseil national, des délégués de circonscription, des membres des comités de circonscription et des représentants des nouveaux adhérents. Un profond renouvellement marqué par l'élection de cadres « qui incarnent une ligne claire. Tous ceux qui tenaient un discours ambigu par rapport à La République En Marche, la base leur a dit clairement : « nous ne voulons pas d'ambiguïté », note Annie Genevard, soulignant le « leadership de Laurent Wauquiez sur notre famille politique. »

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains