19 février 2018

Depuis son élection en mai 2017, Emmanuel Macron a instauré 8 nouveaux impôts et taxes. Alors que le gouvernement avait promis une baisse des prélèvements pour 2018, les impôts augmenteront de 4,5 milliards d'euros cette année. C'est autant de pouvoir d'achat perdu par les Français !

 Le candidat Emmanuel Macron promettait dans son programme électoral de « soutenir le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires et des plus modestes ».

 Neuf mois plus tard, et malgré une croissance économique sans précédent, les Français passent à la caisse. Et ce sont toujours les mêmes qui paient l'addition : classes moyennes, retraités, familles, habitants des zones rurales.

 


 

Ce sont eux qui paient l'addition Macron...

 

Pascale_Philippe.png

Patrick.png

Nora_Guillaume.png

Jean_Francois.png

 


 

Le matraquage fiscal continue

 

Visuel_hausse_d'impôts.png

Un choc fiscal de 4,5 milliards d'euros en 2018, c'est autant de pouvoir d'achat perdu par les ménages français cette année. En moins de 9 mois, ce sont 8 nouvelles taxes et impôts qui ont été mis en place par Emmanuel Macron et son gouvernement.

➡️ Des hausses d'impôts provoquées par le manque d'effort du gouvernement pour lutter contre le gaspillage de l'argent public + 7,3 milliards d'euros de dépenses de l'État en 2018.

➡️ Une réalité bien loin des promesses sur les effectifs de la fonction publique. Emmanuel Macron avait annoncé 120 000 postes en moins dans la fonction publique d'ici la fin de son quinquennat. Aujourd'hui, seuls 1 600 postes ont été supprimés dans la fonction publique d'État dont seulement 324 sur le strict périmètre de l'État. À ce rythme, il faudra 75 ans pour atteindre l'objectif fixé !

💡 Retrouvez notre éclairage sur la fiscalité

 


 

Les retraités, victimes de la CSG

 

Visuel_retraités_CSG.png

Les premières victimes de la politique fiscale du gouvernement sont les retraités.

➡️ Depuis le 1er janvier, ils sont 8 millions de retraités à subir une hausse de CSG de 25%.

Une politique fiscale injuste qui matraque ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui sont aujourd'hui qualifiés d'« aisés » par Emmanuel Macron et son gouvernement.

La situation des retraités aujourd'hui :

1️⃣ Un couple de retraités de moins de 65 ans dans lequel chacun touche 1 000 € nets/mois connaîtra une hausse de CSG de 444 €/an.

Couple.png

2️⃣ Un retraité célibataire de moins de 65 ans qui touche 1 300 € nets/mois connaîtra une hausse de CSG de 288 €/an.

 1340€.png

3️⃣ Un couple de retraités, quel que soit leur âge, dans lequel chacun touche 1 070 € nets/mois connaîtra une hausse de CSG de 468 €/an.

Couple_ages.png

4️⃣ Un retraité célibataire, quel que soit son âge, qui touche 1 400 € nets/mois connaîtra une hausse de CSG de 312 €/an.

1400€.png

« Aujourd'hui à la retraite, j'étais ouvrier et mon épouse assistante de direction. Avant le 1er janvier, je touchais une pension de 1 416 €. Quant à mon épouse, sa pension s'élevait à 1 787 €. Depuis la mise en place des mesures d'Emmanuel Macron sur la CSG, nous avons perdu du pouvoir d'achat. Ma pension a baissé de 26 € tous les mois et celle de mon épouse de 33 €. À la fin de l'année, nous aurons perdu plus de 708 € de pouvoir d'achat ». - Roger, retraité dans le Loir-et-Cher.

 

 


 

La France rurale pénalisée

 

Visuel_diesel.png

➡️ Avec la hausse du prix du diesel, le gouvernement pénalise la France rurale et périurbaine.

➡️ Depuis le 1er janvier 2018, le litre de diesel à la pompe a augmenté de 7,6 centimes par litre, soit de 4,6 € par plein. Pour une famille qui fait 30 pleins de 60 litres, cela représentera 137 € de plus à payer en 2018.

➡️ Lorsque le diesel aura augmenté de 30 centimes par litre en 2022, elle paiera 540 € de plus par an qu’en 2017.

« Je dois prendre la voiture tous les jours pour aller travailler et je suis payée au SMIC. Avec la hausse du gasoil, j'aurai du mal à joindre les deux bouts. Je vais perdre plus de 100 € de pouvoir d'achat ». - Sonia, salariée dans la Loire.

Visuel_agri.png

➡️ Les cotisation d'assurance maladie et maternité (AMEXA) augmenteront pour 40% des travailleurs indépendants agricoles.

➡️ + 50 € de cotisations pour un revenu net mensuel de 865 €.

➡️ + 300 € de cotisations pour un revenu net mensuel de 1 300 €.

➡️ + 1300 € de cotisations pour un revenu net mensuel de 2 200 €.

« Je suis chef d'exploitation agricole et je gagne 2 200 € nets par mois. Emmanuel Macron avait promis que tous les indépendants gagneraient du pouvoir d'achat. J'attendais 500 € de charges en moins. Il n'a pas tenu sa promesse. Ma cotisation AMEXA explose et je vais perdre 1 300 € cette année ». - Michel, agriculteur en Saône-et-Loire.

 


 

Les familles prises pour cible

 

Visuel_famille.png

➡️ La nouvelle baisse de la PAJE (l’aide à l’accueil du jeune enfant) va exclure du dispositif 10 % des bénéficiaires actuels. Avec ce changement de plafond, 6 % des familles ne seront également plus éligibles à la prime de naissance.

➡️ Un couple qui accueillera un enfant en avril 2018 et dont chaque membre gagne 1 700 euros par mois perdra ainsi 923 euros au titre de la prime de naissance et 1 100 euros par an au titre de la PAJE.

 


 

Un acharnement contre les petits épargnants

 

Visuel_PEL.png

➡️ Depuis le 1er janvier, le Plan Épargne Logement est taxé à 30% dès la première année alors qu'auparavant, il était exonéré d'impôt pendant 12 ans.

Le gouvernement fait preuve d'acharnement contre les petits épargnants, déjà touchés par les autres mesures fiscales injustes mises en place cette année.

💡 Retrouvez notre éclairage sur le pouvoir d'achat des Français.

 


 

Tract1.png
 Tract2.png

📌 Téléchargez notre tract sur le pouvoir d'achat des Français.

Avec les Républicains, la majorité silencieuse a la parole. Faites-nous part de votre témoignage !

Je TÉMOIGNE

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains