17 juin 2015

Après avoir beaucoup augmenté les impôts, François Hollande voulait réformer la fiscalité. Finalement, il ne réformera que le recouvrement de l'impôt sur le revenu.

Ce débat sur le prélèvement à la source est ancien. Les avantages et les inconvénients en sont bien connus : sécurité pour les contribuables en limitant l'impact d'une baisse des revenus, charge administrative pour les entreprises, problème de confidentialité…

Trop d'incertitudes cependant demeurent. Et trop d'incertitudes tuent l'impôt !

Le gouvernement doit rapidement éclaircir son projet en disant qu'il n'a pas l'intention à cette occasion de fusionner l'IR et la CSG rendant celle-ci progressive. La progressivité de la CSG se traduirait par une augmentation massive d'impôts pour les classes moyennes.

Le gouvernement doit clairement dire comment il préserve la notion de foyer fiscal et celle de quotient familial. Une telle réforme ne peut pas être le vecteur d'une nouvelle attaque contre les familles.

Le gouvernement doit étudier sérieusement la piste du prélèvement, non par les entreprises ou par les banques, mais par l'administration fiscale elle-même.

Le gouvernement doit dire comment il compte limiter l'impact psychologique et donc l'impact sur la consommation d'une réduction du net à payer sur la feuille de paie.

Et puis, il y a cette fameuse année 2017. Année de tous les dangers et donc pour Monsieur Hollande année de tous les « cadeaux » !

En 2017, pas d'imposition sur les revenus de l'année et augmentation des salaires des fonctionnaires ! L'électoralisme est total, et la ficelle un peu grosse. Chaque jour qui passe voit s'éloigner un peu plus la fameuse, et désormais défunte « République exemplaire ».

Eric WOERTH
Délégué général au projet
Député de l'Oise

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains