publié le 20 mars 2016

[Exposés/Suggestions PLC-3/7] Corps Électoral, mode de Suffrage et Vote

Il paraîtrait judicieux de limiter (sauf probablement pour certaines exceptions) les contrats d’embauche dans la Fonction Publique à des périodes limitées et prédéterminées (avec toutefois des possibilités de prorogation) par opposition aux embauches à vie. De ce fait, malgré tout le respect que l’on doit à la grande majorité des Fonctionnaires qui font honorablement leur travail, les Fonctionnaires en activité n’auraient pas autorisation de vote pendant leur mandat, ce qui, soit-dit en passant, aurait un effet dissuasif vis-à-vis des candidats à la Fonction Administrative de Fonctionnaire en recherche principale de « Privilèges » par rapport au secteur « Privé » !... Donc fondamentalement, il paraîtrait plus que judicieux que les Fonctionnaires payés par le revenu des impôts perdent leur droit de vote pendant la période où ils exécutent ces services. Comme actuellement, chaque homme et chaque femme de 18 ans et plus (s’ils sont aptes et en capacité de voter) dispose d'une voix (en s’inscrivant sur une liste électorale), MAIS à partir de 18 ans tous les citoyens auraient l’obligation d’accepter d'appartenir (simultanément) à 2 groupes d'électeurs : (1)-ils s'inscrivent au premier selon leur fonction économique réelle (ou bien en fonction de leur projet professionnel économique en cours de construction) dans une catégorie économique ; c’est à dire industrielle, libérale, agricole, entrepreneuriale, de service, commerciale, artisanale, etc… (au sens large). (2)-ils entrent dans le second selon leurs inclinations sociales, politiques, Philosophes & Humanistes & apparentés (au sens large). Contraintes : l'inscription à un groupe ne pourrait plus être changée pendant une certaine période restant à déterminer. Tous les << Actifs avec une fonction économique >> appartiendraient ainsi à un groupe électoral économique. Le vote serait obligatoire, et les électeurs qui ne voteraient pas seraient pénalisés d’une façon restant à déterminer. D’autre part, les personnes ayant rendu de grands services à la société, ou fait preuve de réussites remarquables au service du gouvernement, pourraient recevoir un droit de vote additionnel, mais pas plus souvent que tous les cinq ans, et sans dépasser neuf voix additionnelles. De la même façon, les savants, les chercheurs, les inventeurs, les éducateurs, les Philosophes & Humanistes & apparentés, ayant fait preuve de réussites et/ou de démarches remarquables, seraient ainsi reconnus et honorés d'un pouvoir politique accru. Le suffrage maximum d'un électeur à vote multiple serait donc de dix voix. La méthode territoriale de vote serait ainsi abandonnée au profit d’un système fonctionnel ou économique. Tous les citoyens voteraient donc en tant que membres de groupes industriels, sociaux ou professionnels, indépendamment de leur résidence. Ce plan de suffrage fonctionnel ou collectif ne comporterait qu’une exception : l'élection d'un chef exécutif national (la gouvernance de la République par un Président de la République qui en soit digne) tous les six ans s'effectuant par un vote national au suffrage universel direct, où aucun citoyen ne dispose de plus d'1 voix. Ainsi, sauf dans l'élection du chef exécutif (le Président de la République et son gouvernement), le suffrage (au niveau du Législatif) serait exercé par des groupements économiques, professionnels, intellectuels et sociaux de citoyens. Le corps électoral serait donc composé de groupes intégrés, unifiés et intelligents qui éliraient seulement leurs meilleurs membres aux postes de confiance et de responsabilité. L'État deviendrait un système organique, et chaque groupe libre et intelligent d'habitants (et donc d’électeurs) représenterait un organe vital et fonctionnel à l'intérieur du plus grand organisme gouvernemental. Ces quelques pistes succinctes de réflexion, restant à développer, ont simplement pour objectif la mise au point de nouveaux canaux administratifs, leur adaptation aux besoins courants en perpétuel changement, l'amélioration de la répartition des pouvoirs à l'intérieur du gouvernement, et ensuite la sélection de chefs vraiment compétents, experts, expérimentés, réactifs, capables de trancher, de prendre des décisions pragmatiques et de les mettre en application effective. Cela vise également à permettre de nommer beaucoup plus de responsables professionnels de la société civile, compétents, experts, expérimentés, réactifs, capables de trancher, de prendre des décisions pragmatiques et de les mettre en application effective, au niveau de l’Assemblée nationale, et donc de faire passer en priorité des mesures économiques réalistes (pondérées par un Sénat élu par le nouvel électorat précédemment évoqué) et donc de prendre des mesures effectives considérablement moins dogmatiques comme ce qui se passe actuellement. Suite : voir [Exposés/Suggestions PLC-4/7 dans Économie] l’Entreprise, le Travail, l’Emploi

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains