Alexandre B.

Alexandre B.

24 ans Verdun (55)

23 juin 2015

Retrouvez le portrait chinois d'Alexandre, militant depuis 2009.

Si vous étiez... une région française

Si j'étais une région française, je serais la Lorraine, sans hésitation. Lorrain de naissance et de cœur, j'ai cette région chevillée au corps.
La Lorraine est une terre de France qui a beaucoup souffert ; je pense à la Première Guerre mondiale bien-sûr, mais également à la fermeture progressive des industries et des mines de charbon et d'acier dans cette région pourtant très active par le passé.
La Lorraine ce sont aussi de grands bonheurs, de belles spécialités et un immense savoir-faire. Je pense à notre mirabelle locale, à nos traditions, à la beauté de nos paysages et au dynamisme de grandes agglomérations telles que Metz ou Nancy.
Les Lorrains sont des gens fiers, toujours prêts à relever les défis qui se présentent à eux et ils acceptent, comme ils l'ont toujours fait, la fatalité et le cours des choses, car demain sera meilleur qu'aujourd'hui.

Si vous étiez... une ville française

Sans hésitation Verdun. Verdunois depuis 1991, je suis né dans cette ville au passé à la fois lourd et prestigieux et j'y ai grandi jusqu'à l'âge de 18 ans ; je lui dois beaucoup.
Il suffit de se promener sur les hauteurs de la ville, sur le champ de bataille, pour comprendre ce qui s'est joué ici : le sol porte encore les stigmates des conflits du passé et un grand nombre de touristes et de curieux viennent se rendre compte par eux-mêmes de l'ampleur des dégâts provoqué par le conflit en 1916.
Engagé en politique au sein de l'UMP depuis 2009 et après avoir participé à la campagne présidentielle de 2012, aux municipales et aux européennes de 2013, je suis élu à Verdun en tant que suppléant du Conseiller départemental sur le canton de Verdun Sud. J'ai à cœur de défendre les intérêts de ma famille politique dans ma ville natale et je compte bien évidemment poursuivre mon engagement militant au service de nos concitoyens.

Si vous étiez... une entreprise locale

L'entreprise Braquier située à Verdun. En effet, Braquier est connue internationalement pour ses fameuses « Dragées de Verdun », la spécialité de notre ville. On raconte que l'Empereur Napoléon lui-même, de retour de sa désastreuse campagne de Russie, aurait demandé à ce qu'on lui apporte des dragées Braquier de Verdun pour les faire goûter à son fils, l'Aiglon. L'entreprise familiale associe son savoir-faire à un dynamisme de son activité économique et a su se diversifier et exporter ses marchandises en France et de par le monde. Cette entreprise, c'est un peu ma « Madeleine de Proust » à moi.

Si vous étiez... une fête locale

Le 14 juillet. J'adore ce moment de l'année qui correspond à l'unité nationale du pays : les Français se rassemblent derrière des valeurs communes, des symboles, la Marseillaise et le drapeau notamment.
Le 14 juillet c'est la cohésion de tous dans la célébration de la patrie, cela nous rapproche et contraste avec le reste de l'année durant lequel les symboles patriotes ne sont pas vraiment mis en avant. J'ai toujours été choqué de voir qu'aux Etats-Unis par exemple, si vous ne hissez pas un drapeau dans votre jardin tous les jours vous êtes mal considéré alors qu'en France, c'est exactement l'inverse… Je rêve d'une France forte, fière de ses valeurs, de son histoire, de son passé. Le patriotisme ne doit pas appartenir aux extrêmes, il est l'affaire de tous !

Si vous étiez... une personnalité politique locale

Je pense que je serais Gérard Longuet. Très actif tant en Meuse que sur la scène nationale. Il défend au quotidien les intérêts des Meusiens.
Je pense notamment à son travail aux cotés de Bertrand Pancher (UDI) et de Christian Namy (UDI), l'ancien Président du Conseil Général de la Meuse, qui a permis d'attirer des entreprises telles que Safran à Commercy (plusieurs centaines d'emplois), Shenan sur la zone Meuse TGV (200 emplois créés) ou encore le centre de recherche Arélis au même endroit (200 emplois créés). Il est essentiel que la Meuse soit représentée à Paris et défendue : la ruralité ne doit pas être sacrifiée et je veillerai toujours à ce que les intérêts des Verdunois et des Meusiens en général, soient entendus et compris.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains