15 octobre 2015

En première instance, le tribunal de grande instance de Tours vient d'accepter de transcrire sur l'état civil d'une personne, la mention de sexe neutre.

Françoise Guégot, comme la majeure partie des Français, est atterrée par cette décision qui – si elle devait être confirmée - consisterait à introduire la reconnaissance d'un troisième sexe.

Il est invraisemblable qu'un tel enjeu de société soit posé au détour d'une décision de justice isolée. Il est vrai que la Garde des Sceaux, Mme Taubira a pour sa part déjà réussi à faire transcrire à l'état civil des enfants nés de mères porteuses étrangères par le biais d'une simple circulaire.

Le risque de voir cette décision de justice être instrumentalisée par des lobbys militants pour imposer cette notion de sexe neutre, au-delà des seules personnes intersexuées, est majeur et préoccupant pour notre société. Nous devons lutter contre cette théorie du genre qui consiste à déconstruire la dualité homme/femme.

C'est pourquoi, en tant que Députée de Seine-Maritime et Déléguée des Républicains en charge des questions de société, Françoise Guégot s'oppose fermement à cette dérive.

Françoise GUEGOT
Déléguée en charge des questions de société
Députée de Seine-Maritime

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains