10 janvier 2017

Du « lamentable » dossier de Notre-Dame-des-Landes, aux « assauts répétés » contre le centre-ville de Nantes en passant par l' « abandon » des promesses de l'Etat sur l'A 831, Yannick Moreau, député-maire d'Olonne-sur-Mer (Vendée) se désole qu' « en 5 ans, l'ouest de la France aura concentré 5 années d'échecs. L'ouest sera devenu le laboratoire et le théâtre de vos renoncements », a-t-il lancé au Premier ministre lors de la séance de questions au Gouvernement de ce mardi.

Mais surtout, le député-maire Les Républicains s'inquiète de l'avenir des chantiers de l'Atlantique et du sort réservé à la société STX, leader mondial de la construction de grands navires de croisières et militaires, qui emploie 2600 salariés, 5 000 sous-traitants.
« Comment expliquer qu'une seule offre ait été reçue par le tribunal de commerce de Séoul* », interroge Yannick Moreau étonné qu' « aucune proposition alternative (n'ait été) suscitée ou promue par l'Etat français ».

« Après Florange, STX ne veut pas être une nouvelle victime de l'absence de politique industrielle de la France », réagit le député-maire Les Républicains d'Olonne-sur-Mer pour qui le Gouvernement avait les moyens d'agir, que cela soit par le décret Villepin sur la protection des entreprises stratégiques, la mobilisation du fonds stratégique d'investissement, la création de zones de franchises de charges sociales.

« Le Gouvernement aurait-il abandonné la construction navale française », interroge encore Yannick Moreau qui considère qu'à 4 mois de la fin du mandat présidentiel, le rôle de l'exécutif socialiste « n'est pas d'être spectateur mais d'être à la passerelle, à la manœuvre, d'être un acteur de la réindustrialisation de la France ».

*Celle d'un constructeur italien lié à un géant chinois de la construction navale.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains