10 janvier 2017

Une « réforme néfaste ». C'est ainsi que Marie-Louise Fort, députée-maire de Sens (Yonne), qualifie la généralisation de la complémentaire Santé initiée par le Gouvernement socialiste.

« Elle devait être l'alpha et l'oméga d'une avancée sociale. Or le bilan est calamiteux, très éloigné de l'objectif initial : plus de contraintes pour les entreprises, moins de remboursements pour les salariés et encore plus cher pour tout le monde. Les salariés sont les dindons de la farce », estime la députée Les Républicains de l'Yonne qui pointe les dysfonctionnements de cette généralisation.

« Les restes à charge des salariés couverts par un contrat complémentaire collectif ont augmenté en 2016 d'au moins 10%. Ils subissent une augmentation d'impôts déguisée avec la fiscalisation de la part employeur puisqu'ils paient des impôts sur du revenu qu'ils ne touchent pas. Pire, ils doivent souscrire, pour s'assurer un bon niveau de remboursement, de couteuses surcomplémentaires surtaxées », dénonce encore Marie-Louise Fort soulignant tant l' « impréparation » de cette mesure que l' « aveuglement » de la ministre Marisol Touraine, initiatrice de cette réforme.

« Il est urgent de trouver un point d'équilibre acceptable entre la prise en charge des prestations, entre les financeurs obligatoires et les financeurs complémentaires. Il en va de notre protection sociale », considère Marie-Louise Fort.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains