15 février 2017

Les récents événements survenus en Seine-Saint-Denis et dans d'autres départements de la région parisienne ont montré, une fois de plus, l'implication de nombreux mineurs dans les actes de violence. Les habitants des quartiers sont confrontés quotidiennement aux actes de délinquance ou d'incivilité commis par des mineurs qui se savent quasiment intouchables car la loi les protège davantage que leurs victimes.

Force est de constater que notre arsenal pénal est inadapté à cette situation. L'ordonnance de 1945 sur la délinquance des mineurs, bien que modifiée maintes fois, ne permet pas d'apporter une réponse proportionnée aux actes de délinquance commis par des individus de 16 ou 17 ans. Souvent multirécidivistes, ils profitent de la clémence du système et les délinquants adultes les utilisent parfois justement parce qu'ils ne seront pas punis avec la même sévérité que s'ils étaient majeurs.

Il est donc temps d'en finir avec un système qui ne fonctionne pas. C'est pourquoi je propose de fixer désormais la majorité pénale à 16 ans.

Nous ne pouvons pas baisser les bras et regarder sans réagir la multiplication des actes de délinquance commis par des mineurs. Nous devons donner à la justice les moyens de les punir. Il en va de la sécurité de nos concitoyens, qui est l'une des premières priorités de mon programme présidentiel.

Ces jeunes délinquants, lorsqu'ils seront condamnés à des peines de prison, seront incarcérés dans des établissements spécialisés pour mineurs pour les protéger des contacts avec des prisonniers adultes. Cela sera rendu possible par la création de 16 000 nouvelles places de prison déjà prévue dans mon programme.

François Fillon

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains